Galerie Durev : Jacques Léonard. Et si l’on dansait…

Le 02 mars 2021, par Sophie Bernard
Jacques Léonard (1909-1994), Barcelone, 1960, tirage argentique sur papier baryté, 30 30 cm.
© Jacques Léonard/Archives familiales

Après la galerie Anne Clergue à Arles, c’est au tour de Paris d’accueillir une nouvelle sélection d’images de Jacques Léonard. Ce photographe français, méconnu en France, a vécu une grande partie de sa vie en Catalogne espagnole où il est décédé, et où sont conservées ses images, aux Archives photographiques de Barcelone. La vingtaine de tirages, présentée ici de manière classique, offre un bel aperçu de ses noir et blanc aux accents humanistes. Comme les grandes figures de ce mouvement, Jacques Léonard a fait du quotidien et de ses semblables ses sujets de prédilection. Ce qui le distingue, c’est qu’il a dédié son travail à la communauté très fermée des Gitans qu’il a pu saisir avec une grande liberté. Non en observateur, comme Lucien Clergue à Arles ou Josef Koudelka dans les pays de l’Est, mais en tant que membre de la famille. Dans les années 1950, il épouse en effet une Gitane et abandonne ses activités dans le cinéma pour se consacrer à la photographie. En marge de ses commandes pour la presse et de son studio publicitaire, il capte les grands et les petits moments de la vie ordinaire des Gitans de Montjuïc, un quartier de Barcelone. Ses images des années 1950-1960 redonnent vie aux fêtes familiales, où les corps se déhanchent au son de la guitare, et aux scènes de rue montrant des enfants ou des habitants sur le pas de leur porte. Ces instantanés alternent avec des portraits posés, réalisés en studio ou en extérieur. Un très beau travail qui a aujourd’hui valeur documentaire.

Galerie Durev,
56, boulevard de la Tour- Maubourg, Paris VII
e, tél. : 06 60 32 04 68
Jusqu’au 31 mars 2021.
www.durev.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne