Gazette Drouot logo print

Fortunato Depero exposé à Mantoue

Publié le , par Zaha Redman

Connu pour le manifeste Reconstruction futuriste de l’univers, publié avec Giacomo Balla en 1915, Fortunato Depero (1892-1960) l’est aussi pour ses engagements dans la publicité et le design. Peintre, sculpteur, scénographe, il s’est employé à explorer les applications de l’esthétique futuriste hors des musées, en s’orientant...

Fortunato Depero, Costume cifrato, 1929, MART, musée d’art moderne et contemporain... Fortunato Depero exposé à Mantoue
Fortunato Depero, Costume cifrato, 1929, MART, musée d’art moderne et contemporain de Trente et Rovereto, fonds Depero.
© Fortunato Depero, by SIAE 2022

Connu pour le manifeste Reconstruction futuriste de l’univers, publié avec Giacomo Balla en 1915, Fortunato Depero (1892-1960) l’est aussi pour ses engagements dans la publicité et le design. Peintre, sculpteur, scénographe, il s’est employé à explorer les applications de l’esthétique futuriste hors des musées, en s’orientant vers le théâtre, la presse, le monde de l’entreprise et l’industrie. Établissant un long partenariat avec Campari, l’Italien dessine la petite bouteille bien connue de la marque et conçoit des campagnes de communication. En 1917, il est chargé de créer les costumes pour un spectacle des Ballets russes à Rome, mais n’honore pas son contrat à temps. Au cours d’un long séjour à New York en 1929, il dessine par ailleurs des couvertures pour Vogue, Vanity Fair et The New Yorker. Cette volonté de l’artiste d’établir des passerelles avec la production industrielle, intéressante, est l’un des axes choisis, mais elle est à peine évoquée, et les autres thèmes sont traités tout aussi superficiellement. La confusion de l’ensemble et les approximations sont à peine masquées par une mise en forme élégante. On peut se demander quel est l’objectif d’une telle exposition, qui établit à sa manière une ligne droite entre la mode et le design italiens d’aujourd’hui et les expérimentations de Depero. L’accent est mis sur l’esthétique, sans contextualisation ni allusion aux implications culturelles ou sociales : les sources sont oubliées, comme les expériences européennes contemporaines du même ordre. L’artiste se retrouve noyé dans un provincialisme étriqué, alors même que Paris et New York s’affichent ostensiblement dans la scénographie, et ses tensions, entre inspiration vernaculaire et esthétique internationale, s’en trouvent escamotées. Un parallèle douteux, prémédité, s’établit alors entre la trajectoire de Depero et une autre, celle du fascisme.

«Depero automatico, acrobatico»,
palazzo della Ragione, piazza Erbe, Mantoue, tél. : 0376-1979010.

Jusqu’au 26 février 2023.
www.deperomantova.it/
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne