Gazette Drouot logo print

En Flandres, les larmes de la mariée

Publié le , par Philippe Dufour

Pleure-t-elle de joie, ou de… regret ? La nouvelle épousée, entraînée par une foule rigolarde et munie des accessoires symboliques de la nuit de noces, verse quelques larmes incongrues. Une vision grinçante tout à fait dans l’esprit de l’école flamande, et qui aurait été fixée par un suiveur tardif de Jan Massys au XVIIe siècle....

Deruta, Ombrie, XVIe siècle, grand bassin rond à décor polychrome, revers émaillé... En Flandres, les larmes de la mariée
Deruta, Ombrie, XVIe siècle, grand bassin rond à décor polychrome, revers émaillé brun et daté 1533, diam. 42,5 cm. Adjugé : 22 385 €

Pleure-t-elle de joie, ou de… regret ? La nouvelle épousée, entraînée par une foule rigolarde et munie des accessoires symboliques de la nuit de noces, verse quelques larmes incongrues. Une vision grinçante tout à fait dans l’esprit de l’école flamande, et qui aurait été fixée par un suiveur tardif de Jan Massys au XVIIe siècle. Car ce Cortège de la mariée, sur panneaux de chêne, s’inscrit dans la veine des scènes de genre chères à l’artiste anversois, par ailleurs auteur de tableaux mythologiques et bibliques d’une grande élégance. On retrouve ici son goût pour les compositions au cadrage serré, exhibant des personnages populaires aux sentiments exacerbés, joie, malice, désir, rouerie voire bêtise. À l’image du Divertissement exposé au Kunsthistorisches Museum de Vienne, qui en est l’un des meilleurs exemples. À Clermont-Ferrand, notre jeune fille était couronnée de 25 410 €. Plus spirituelle, la figure de saint Jérôme, peinte comme un véritable portrait, ornait un grand bassin rond sorti d’un atelier de Deruta, en Ombrie, au XVIe siècle. D’ailleurs, au revers, émaillé brun, on pouvait lire la date suivante : «1533». Les expressions tout en finesse de l’anachorète et de son lion protecteur, rendues par une subtile polychromie de bleu et d’orange, valaient à cette pièce exceptionnelle le beau résultat de 22 385 €. Retour dans les provinces du Nord, avec une eau-forte, et touches de pointe-sèche, représentant Le Moulin à vent, signée Rembrandt Van Rijn. Portant le cachet de l’ancienne collection Delanglade, cette version aux petites marges stoppait son ascension à 15 730 €. D’un rare ensemble de sept statues en pierre de Volvic, provenant d’une propriété du Centre et datant du XVIIe siècle, une divinité au panier de fruits remportait 12 100 €. Au rayon design, enfin, la cheminée de Charlotte Perriand présentée dans la Gazette n° 28, page 55, n’a pas été vendue. 
 

École flamande du XVIIe siècle, suiveur de Jan Massys, Cortège de la mariée, panneau de chêne trois planches, non parqueté, 77 x 108 cm. Adjugé : 25 4
École flamande du XVIIe siècle, suiveur de Jan Massys, Cortège de la mariée, panneau de chêne trois planches, non parqueté, 77 x 108 cm. Adjugé : 25 410 €
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne