Gazette Drouot logo print

Dunand et Vautrin, dans le miroir

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 17 avril 2019 - 14:00 (CEST) - Salle 10-16 - Hôtel Drouot - 75009

Il ne faut jamais oublier qu’avant le Jean Dunand (1877-1942) mondialement connu pour ses magnifiques travaux en laque, il y eut un créateur ouvert à différentes techniques et aux avant-gardes décoratives. Au début des années 1910, bien avant l’engouement pour l’art déco, l’homme est déjà à la tête d’un atelier renommé...

Line Vautrin (1913-1997), Cailloux oxydé, miroir rond et plat à cadre en résine talosel... Dunand et Vautrin, dans le miroir
Line Vautrin (1913-1997), Cailloux oxydé, miroir rond et plat à cadre en résine talosel et lumaline, bordé à l’intérieur de sequins incrustés de miroirs colorés, glace circulaire fumée, pièce unique, vers 1960, diam. 66 cm.
Adjugé : 27 940 

Il ne faut jamais oublier qu’avant le Jean Dunand (1877-1942) mondialement connu pour ses magnifiques travaux en laque, il y eut un créateur ouvert à différentes techniques et aux avant-gardes décoratives. Au début des années 1910, bien avant l’engouement pour l’art déco, l’homme est déjà à la tête d’un atelier renommé et travaille le métal. C’est comme dinandier, et grâce à ses plats et vases en cuivre, qu’il séduit une clientèle d’amateurs et d’institutions dans les salons d’avant-guerre auxquels il participe. En février 1913, le président Raymond Poincaré inaugure le VIIIe Salon des artistes décorateurs. Il y remarque un vase monumental d’un mètre trente de hauteur, dont le corps est constitué de deux cobras dressés : une pièce exceptionnelle qui appelle à décliner le thème du serpent pour d’autres réalisations, et notamment un presse-papiers, en bronze patiné. Le reptile enroulé autour d’une sphère s’y déploie, prêt à attaquer, et provoquait la fascination à 22 225 €. Lors de cette vente consacrée aux arts du XXe siècle, on attendait également beaucoup d’un duo de sculptures en pierre de Carlo Sarrabezolles (1888-1971), Centaure et Sirène (voir l'article Sculpture et architecture page 48 de la Gazette no 14 du 12 avril), répondant à une commande spéciale pour orner des niches. La séduction de la sirène n’a pas opéré… Elle était pourtant bien belle dans ce miroir de Line Vautrin (1913-1997) rond et plat, au cadre réalisé dans la fameuse résine talosel, bordé à l’intérieur de sequins incrustés de miroirs colorés. Il s’agit d’une pièce unique, produite vers 1960. Avec sa glace circulaire en verre fumé, l’objet a un petit côté hors du temps qui séduisait un amateur à 27 940 €. De ce matériau nouveau, élaboré à partir d’une résine de synthèse l’acétate de cellulose , la créatrice fera naître des merveilles de poésie dessinées avec sa première d’atelier, Suzanne L., découpées, assemblées par collage à l’acétone puis incrustées, comme c’est le cas pour cette pièce, de miroirs colorés.

Jean Dunand (1877-1942), Cobra dressé, sculpture formant presse-papiers en bronze patiné, modèle de 1913, h. 17 cm (détail). Adjugé : 22 225 €
Jean Dunand (1877-1942), Cobra dressé, sculpture formant presse-papiers en bronze patiné, modèle de 1913, h. 17 cm (détail).
Adjugé : 22 225 
mercredi 17 avril 2019 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 10-16 - Hôtel Drouot - 75009
Tessier & Sarrou et Associés
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne