Gazette Drouot logo print

De Mary Cassatt à Maurice Denis

Publié le , par Sophie Reyssat

Leurs portraits tout en finesse côtoyaient les œuvres de Léonard Tsuguharu Foujita et de Gustave Moreau sur le podium.

De Mary Cassatt à Maurice Denis
Mary Cassatt (1844-1926), Portrait of Pierre, vers 1906, pastel sur papier marouflé sur toile, 58 48 cm.
Adjugé : 318 772 

Quatre œuvres passaient la barre des 100 000 € lors de cette dispersion d’art impressionniste et moderne, qui rendait hommage au talent de Mary Cassatt à représenter le monde de l’enfance. 318 772 € étaient requis pour son Portrait of Pierre, réalisé au pastel vers 1906 et marouflé sur toile (58 48 cm, voir l'article Mary Cassatt, l’enfance et sa vitalité de la Gazette n° 15, page 84). Avec son visage rond et ses grands yeux, figuré seul dans une posture détendue, et mis en valeur par un fond uniforme, le garçonnet est emblématique de la manière de l’artiste et de ses sujets de prédilection. Une certaine sérénité se lit également dans l’autoportrait de Maurice Denis, dédicacé à sa tante et resté dans sa famille jusqu’à aujourd’hui. Son apparition sur le marché suscitait un engouement à hauteur de 136 500 € sur une estimation haute de 20 000 €. Il a été peint en 1895, l’année où le peintre a dû faire face à la mort de son premier enfant. La peinture, dans laquelle il peut trouver refuge, lui apporte du réconfort au même titre que sa foi : grâce à l’art, «nous continuons l’œuvre de la création, l’harmonieuse loi de la vie universelle», écrit-il dans son journal. Le peintre nabi était suivi de près par Léonard Tsuguharu Foujita, qui obtenait 137 800 € pour Scène de Paris, une toile de 1931 dans laquelle il immortalise avec poésie une rue modeste de la capitale. Seul un chat noir anime ce quartier populaire aux petites maisons de guinguois, derrière lesquelles on devine des jardinets et une cheminée d’usine (46 55 cm). Gustave Moreau était lui aussi au rendez-vous, 110 500 € étant requis pour Saint Sébastien secouru, une aquarelle et gouache exécutée vers 1890 (19,9 12,9 cm). Cette œuvre est à rapprocher de Saint Sébastien et les Saintes Femmes réalisé par l’artiste à la mine de plomb, et conservé au sein du musée portant son nom.
 

Maurice Denis (1870-1943), Portrait du peintre par lui-même à 24 ans, 1895, huile sur toile, datée et dédicacée «Hommage à ma tante Dihoni
Maurice Denis (1870-1943), Portrait du peintre par lui-même à 24 ans, 1895, huile sur toile, datée et dédicacée «Hommage à ma tante Dihonisy», 38 32 cm.
Adjugé : 136 500 
jeudi 21 avril 2022 - 16:00 (CEST) - Live
Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200 Neuilly-sur-Seine
Aguttes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne