Gazette Drouot logo print

De la Chine impériale à l’Afrique ancestrale

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 31 octobre 2018 - 09:30 (CET) - 40-42, rue Gioffredo - 06000 Nice

Ce grand vase de bronze à la superbe patine marron éclaboussée d’or nous entraîne très loin dans le temps, jusqu’à l’époque des royaumes de la Chine. Ses courbes généreuses dessinent une élégante forme nommée zun, reprise maintes fois, à commencer par les Ming, lors de la vogue des objets archaïsants. Reposant sur trois...

Chine, probablement de la dynastie Qing, vase archaïsant, bronze éclaboussé d’or,... De la Chine impériale à l’Afrique ancestrale
Chine, probablement de la dynastie Qing, vase archaïsant, bronze éclaboussé d’or, forme «Zun», h : 43,4, diam. 25,3 cm, poids 4 900 g environ.
Adjugé : 14 812 €

Ce grand vase de bronze à la superbe patine marron éclaboussée d’or nous entraîne très loin dans le temps, jusqu’à l’époque des royaumes de la Chine. Ses courbes généreuses dessinent une élégante forme nommée zun, reprise maintes fois, à commencer par les Ming, lors de la vogue des objets archaïsants. Reposant sur trois qilin ailés (les licornes chinoises), son épaule bombée pourvue de quatre poignées mobiles, il arborait un col trompette portant deux autres qilin confrontés formant anse. Une intriguante marque apocryphe de l’empereur Qianlong à quatre caractères en kaishu se lisait sous son pied. À Nice, le 31 octobre il recueillait 14 812 €. Lors de cette vacation en partie consacrée aux arts de l’Extrême-Orient, une aiguière couverte en porcelaine bleu-blanc tirait aussi son épingle du jeu. Datant du XXe siècle, elle provenait de l’ancienne collection de M. C., secrétaire au sein de la délégation française Pékin dans les années 1930. Elle était agrémentée d’un décor, exécuté en bleu cobalt, d’un semis floral sur lequel se détachait un médaillon contenant deux pêches d’immortalité. Ici, c’est la marque apocryphe de l’empereur Daoguang, à six caractères, que l’on lisait, ce qui incitait à une adjudication à  9 532 €. Dans les mêmes tonalités, une paire de bols en porcelaine dite «bleu de Hué», de fabrication chinoise pour le Vietnam, datait de la dynastie Nguyen, soit du XIXe siècle. Ces deux pièces campaniformes aux lèvres cerclées de métal portaient une marque à quatre caractères qui pouvait se lire «Khí dê Nguyên Chê», et partaient à 7 728 €. L’autre versant de la vente entraînait les collectionneurs du côté de l’Afrique ; un masque représentant un visage féminin aux yeux en grains de café, et à la bouche ourlée, aux front et joues barrés par des scarifications, sculpté dans le bois par le peuple Tsangui du Gabon, nécessitait 8 758 €. Tandis que, attribué à leurs voisins Vuvi, un masque de case en forme d’amande représentant un visage humain à la polychromie ancienne atteignait 6 698 €. 

mercredi 31 octobre 2018 - 09:30 (CET) - Live
40-42, rue Gioffredo - 06000 Nice
Boisgirard - Antonini - Nice ,
Boisgirard - Antonini
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne