Daniel Varenne

Le 22 mars 2018, par La Gazette Drouot
 
DR

Le jour où, dans les années 1950, il découvre Jean Dubuffet dans une exposition parisienne, Daniel Varenne décide de consacrer sa vie à l’art moderne et contemporain. Dès 1959, il fonde une première galerie à Paris, avant de s’établir, en 1978, à Genève. Il aura ainsi pu célébrer le quarantième anniversaire de son commerce suisse, le pays qui l’a vu naître et où il est décédé, le 9 mars. De la peinture à la sculpture, du dessin à la photographie, tous les supports le passionnaient. Une diversité que l’on retrouve dans les noms qu’il représentait, des historiques Pierre Bonnard, Jean Dubuffet ou Christian Boltanski, à Dieter Appelt, David Bowes, Duanes Michals et Sault Steinberg, en passant par la médiatique Sophie Calle. Tous démontrent le goût du galeriste pour la composition complexe et la mise en scène de l’humain. Sur ses stands de la FIAC ou d’Art Basel, il juxtaposait avec intelligence toutes ces écoles et ces générations. Mais on se souviendra surtout de lui pour ses Dubuffet et ses Christo & Jeanne-Claude dont il préparait d’ailleurs le catalogue raisonné. Le nom de Daniel Varenne a également figuré dans les journaux pour le conflit qui l’a opposé au musée d’Art et d’Histoire de Genève, auquel son père avait fait don de sa collection d’art, dont un tableau de Bruegel.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne