Gazette Drouot logo print

Création et liberté selon Louis Cane

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 28 janvier 2023 - 14:30 (CET) - Salle Saint-Jean, 12, rue Jean-Nicot - 45140 Saint-Jean-de-La-Ruelle

Conservée dans une collection nantaise depuis près de cinquante ans, cette huile sur toile libre illustre parfaitement les recherches de Louis Cane sur le support.

Louis Cane (né en 1943), Sol/Mur, 30 octobre 1972, huile sur toile libre, signée... Création et liberté selon Louis Cane
Louis Cane (né en 1943), Sol/Mur, 30 octobre 1972, huile sur toile libre, signée et datée, 303 240 cm, sol 200 cm.
Estimation : 12 000/15 000 

Réalisée le 30 octobre 1972, cette peinture de Louis Cane n’avait pas tardé à trouver preneur. En effet, exposée à la galerie Daniel Templon, qui avait offert au peintre sa première exposition solo deux ans plus tôt, elle y fut achetée dès mars 1973 par un collectionneur nantais. Elle est restée depuis lors en sa possession. Cette œuvre relève de la période la plus recherchée de l’artiste, celle durant laquelle il était l’un des représentants du groupe Supports/Surfaces, avec lequel il exposa en 1970, malgré ses relations tumultueuses avec ses membres. La toile qui occupe la plus haute place de ses enchères (source Artnet) est d’ailleurs un Sol/Mur (233 241,5 cm) de 1973 ; provenant de la collection Arman à New York, elle était adjugée à 84 010 € le 5 juin 2019 à Paris (Artcurial). Né à Beaulieu-sur-Mer en 1943, Louis Cane effectue ses études à partir de 1961 à l’École nationale des arts décoratifs de Nice, puis l’année suivante à celle de Paris. Ce diplômé en 1968 en architecture d’intérieur avait déjà commencé à peindre dès 1967 des œuvres abstraites, principalement des toiles tamponnées sur toute la surface de motifs répétitifs et le plus souvent monochromes. Il expose l’une d’entre elles en 1967-1968 à Nice dans le Hall des remises en question, un lieu ouvert par Ben. Il crée en parallèle des affiches pour les mouvements de Mai-68, qui le passionnent. Mais l’abstraction poursuit son chemin, avec ses «Toiles découpées» en 1970-1971 puis les «Sol/Mur», qu’il présente pour la première fois en 1972 à la galerie Yvon Lambert. Il se concentrera durant deux années sur cette thématique, mettant en pratique les théories de l’époque sur la remise en question des moyens picturaux traditionnels, en renouvelant les matériaux et le support. Louis Cane abandonne alors le simple châssis pour une toile sans cadre envahissant l’espace, le mur, le sol et notre environnement. Dès la fin des années 1970, il renouera avec la figuration.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne