Gazette Drouot logo print

Charlotte Perriand et le design modulaire, une longueur d’avance

Publié le , par Philippe Dufour

Ce meuble de rangement de Charlotte Perriand, composé de blocs juxtaposables, symbolise à lui tout seul le projet visionnaire de la grande designeuse, aux origines du design modulaire.

Charlotte Perriand (1903-1999), designer, Steph Simon, éditeur, Éléments-blocs de... Charlotte Perriand et le design modulaire, une longueur d’avance
Charlotte Perriand (1903-1999), designer, Steph Simon, éditeur, Éléments-blocs de rangement vertical à joues, gamme conçue en 1958, meuble acquis en 1962, tôle laquée noir, placage de frêne, tablettes en verre, portes coulissantes en polyester, 160,5 120 46 cm.
Estimation : 25 000/35 000 
Adjugé : 40 920 

Un beau jour de 1962, Jean Nguyen pousse la porte de la célèbre galerie Steph Simon, au 145, boulevard Saint-Germain. Il y commande finalement cinq pièces, l’une de Jean Prouvé (un lit double S.C.A.L. n° 458) et quatre de Charlotte Perriand (deux ensembles d’Éléments-blocs de rangement, l’un vertical et l’autre horizontal formant bahut, et deux lits simples, du modèle dit «Pavillon du Brésil»). Cette préférence n’est certes pas due au hasard, car cet admirateur des réalisations de Perriand la connaît bien… Né en France en 1927, d’un père vietnamien et d’une mère française, il a grandi en Indochine où, en 1944, il décide d’entreprendre des études d’architecture et de décoration. C’est à ce moment que son chemin va croiser celui de la designer, rapatriée fin 1942 à Hanoi, après un long séjour au Japon. Elle assure alors certains de ses cours, et partagera même un dernier repas avec le jeune homme avant de rentrer en métropole. Plus tard, Jean Nguyen devra abandonner le cursus artistique pour s’engager dans l’armée française et y apprendre le métier de radio-navigateur, puis faire carrière dans la marine marchande. Témoignant de son intérêt toujours vif pour le design contemporain, les cinq meubles acquis chez Steph Simon iront meubler la maison familiale de Sèvres… Mais parmi ces pièces – bientôt dispersées à Avignon –, la plus emblématique des recherches de Perriand s’avère, sans nul doute, ce rangement vertical.

Un esprit fonctionnaliste… et interactif
Associant joues et cloisons en tôle laquée noir, plateaux en latté plaqué de frêne et portes coulissantes en polyester de couleur, le meuble est en réalité composé de six «blocs» de types «5B» et «3B». De fait, ce modèle créé en 1958 apparaît comme le résultat abouti d’une longue réflexion engagée dès 1946, alors que l'auteur s’attache à élaborer des éléments standardisés et produits en série (tiroirs, plots, portes, pieds, façades de placard, etc.), qu’elle baptise sa «quincaillerie» ! La passionne également un autre concept, tout aussi révolutionnaire pour l’époque : celui de meubles modulables pour lesquels elle imagine ces fameux «blocs» pouvant être juxtaposés ou superposés, afin de combiner des ensembles. Cependant, malgré ses multiples chantiers et participations à des salons professionnels, il lui manque une vitrine pour mieux faire connaître le fruit de ses recherches. Ce sera celle de la galerie de Steph Simon : ce dernier, ex-agent exclusif des meubles des Ateliers Jean Prouvé, et désireux d’ouvrir un lieu à la gloire du design d'avant-garde, établit un véritable partenariat avec l’architecte nancéien et la designer parisienne ; têtes d’affiche de la galerie, ils en seront également les directeurs artistiques et les actionnaires. Et, avec une bonne longueur d’avance sur son temps, la boutique inaugurée le 16 mars 1956 proposera même à ses clients de composer leurs meubles de rangement et bibliothèques dessinés par Charlotte Perriand, à partir d’éléments préétablis, réalisant le rêve d’une pionnière.

samedi 18 juin 2022 - 09:30 (CEST)
Courtine, 2, rue Mère-Térésa - 84000 Avignon
Hôtel des ventes d'Avignon , Vassy-Jalenques
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne