Gazette Drouot logo print

Charlemagne et Hildegarde au Panthéon

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 25 septembre 2022 - 14:00 (CEST) - 1, rue de la Crouzette - 34170 Montpellier - Castelnau-le-Lez

Le baron Gros, peintre de la geste napoléonienne, et s’essayant ici à la grande peinture d’histoire, a été suivi sur le podium par une estampe de Van Dongen et une tête Ming.

Antoine-Jean Gros, dit le baron Gros (1771-1835), Charlemagne et Hildegarde, esquisse... Charlemagne et Hildegarde au Panthéon
Antoine-Jean Gros, dit le baron Gros (1771-1835), Charlemagne et Hildegarde, esquisse pour la coupole du Panthéon, toile d’origine, 128,5 128 cm.
Adjugé : 93 000 €

Lors de cette vente inaugurale à Castelnau-le-Lez, la toute jeune maison Farran Enchères OVV présentait plusieurs pièces d’exception, à commencer par la fameuse esquisse sur toile d’Antoine-Jean Gros, dit le baron Gros, dépeignant Charlemagne et Hildegarde (voir l'article Une esquisse inédite du baron Gros de la Gazette n° 29, page 30, et l'article Voyage pictural de Jouve à Picasso de la Gazette n° 32, page 82). Cette esquisse pour la coupole du Panthéon (128,5 128 cm) a conquis un connaisseur, prêt à en offrir 93 000 €. Une œuvre d’autant plus précieuse qu’elle avait disparu depuis la vente après décès du peintre ; il s’agit donc d’une étude pour son décor très officiel de l’édifice rendu au culte par Napoléon Ier, un programme qui ne sera achevé que sous Charles X. On gagnait le XXe siècle avec le lot suivant : une estampe de Kees Van Dongen représentant une Jeune fille aux yeux baissés (57 40,5 cm) ; exécutée autour de 1929, la feuille est signée dans la planche, justifiée 249/250 en bas à droite, et a décroché 8 556 €. Le même score était d’ailleurs inscrit par une toile d’Arpad Szenes, titrée Portrait de Fernanda de Castro (65 50 cm). Une surprise était ensuite réservée par le carnet relié contenant cinquante dessins à la mine de plomb de Frédéric Peyson, peintre d’origine montpelliéraine (dim. des feuilles : 18,5 13,5 cm). Le recueil a été acheté 4 960 € par le musée Fabre de Montpellier. Au rayon de l’art asiatique, se détachait surtout une tête de Bouddha en calcaire datant de la dynastie Ming (1368-1644) d’une hauteur de 36,5 cm, coiffée de son diadème à cinq pointes (24 800 €). Les belles reliures n’étaient pas en reste, emmenées par les 8 184 € alloués au roman de Pierre Loti, Un pélerin d’Angkor, avec des illustrations de Paul Jouve gravées sur bois par François-Louis Schmied, et enrichi d’une gouache originale de l’artiste. Enfin, le cirque faisait une apparition avec ce costume de clown triste du cabaret de Madame Arthur, entièrement brodé de sequins vers 1955, et acquis 4 464 € par le musée des Arts forains.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne