Gazette Drouot logo print

Celui qui entend le bruit de l’univers

Publié le , par Anne Foster

Guanyin est le nom sinisé d’Avalokitesvara, qui, en Chine, prend au fil des siècles le statut de divinité bouddhique. Effigie masculine à ses débuts, elle se féminise à partir de l’époque Song, tout en gardant une certaine virilité.

Chine, dynastie Song (960-1279). Guanyin en bois sculpté polychrome, traces de laque... Celui qui entend le bruit de l’univers
Chine, dynastie Song (960-1279). Guanyin en bois sculpté polychrome, traces de laque or, h. 102 cm.
Estimation : 1,5/2 M€
Gracieuse et impérieuse, cette sculpture forme une synthèse de divers traits associés au bodhisattva de la compassion, l’une des plus importantes et vénérées figures du bouddhisme. Depuis des temps immémoriaux, en Inde, les dieux sont représentés parés comme des princes, souvent accompagnés de leur double féminin. Les artistes chinois de la période Song (960-1279) s’emparent de cette effigie et la transforment…
Cet article est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous