Gazette Drouot logo print

Bibliothèque Max-Pol Fouchet

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 08 octobre 2022 - 10:00 (CEST) - 438, boulevard François-Mitterrand - 53100 Mayenne

Une dispersion à Mayenne fournit l’occasion de redécouvrir un homme d’exception, éditeur, écrivain, présentateur télé… et toujours résistant !

Paul Éluard (1895-1952), Une seule pensée ou Liberté, 1942, manuscrit autographe... Bibliothèque Max-Pol Fouchet
Paul Éluard (1895-1952), Une seule pensée ou Liberté, 1942, manuscrit autographe signé, sur deux feuillets (27 15 cm chaque), accompagné d’une photographie argentique (22,7 16,7 cm) de Paul Éluard, avec envoi autographe. 
Estimation : 10 000/15 000 


La passion de Max-Pol Fouchet était depuis toujours de « faire des livres ». Et il y parvint, devenant lui-même écrivain et surtout éditeur. Sa revue Fontaine, qu’il créa en 1939 à Alger — ville dans laquelle il avait passé son enfance — devait devenir l’un des symboles de la liberté et de la résistance durant la Seconde Guerre mondiale, son titre changeant alors pour La Revue de la Résistance en pleine lumière. Elle fut l’une des rares à proclamer noir sur blanc son désaveu du régime de Vichy, et à déclarer que la guerre n’était pas perdue. Plusieurs écrivains sont venus aux côtés du fondateur à Alger. Parmi eux, Louis Aragon, Vercors ou encore Paul Éluard. Ce dernier choisit la revue Fontaine pour publier en 1942 son recueil Une seule pensée, qui devint un symbole de résistance. Ici, le titre est raturé, celui de Liberté étant écrit à côté. On sait que ce dernier l’emporta à partir de l’édition parisienne de septembre de la même année, mais Fouchet préféra celui d’Une seule pensée, notamment parce qu’il lui permit d’obtenir l’accord de la censure, en faisant passer ce texte pour un simple poème d’amour. Cet ensemble de deux feuillets avec photographie était encadré et accroché dans les bureaux de la revue à Alger entre 1942 et 1944. Éluard y ajouta une dédicace à son ami : « Pour Max-Pol Fouchet, au nom de tout ce qui nous unit et nous libère ». Le reste de la bibliothèque Max-Pol Fouchet propose des ouvrages de littérature, française comme étrangère, des livres d’art – dont bon nombre lui servirent à élaborer ses émissions culturelles dans les années 1950 et 1960 en France –, beaucoup de poésie du XXe siècle – sa plus grande passion – et bien sûr des ouvrages et des manuscrits d’amis, pour la plupart dédicacés, dont il fut souvent l’éditeur. Prévoir 2 000/3 000 € pour un feuillet recto verso d’Albert Camus signé « Beriha n’est pas logicien », daté de 1932 ou 1933, et 1 500/2 000 € pour une lettre d’Antonin Artaud du 4 avril 1946, au sujet de ses droits d’auteur et de ses séjours en hôpital psychiatrique. Louis Aragon, Samuel Beckett, Saint-John-Perse, André Gide, Julien Gracq, Jean Cocteau, André Breton et bien d’autres rendent également hommage à cette grande figure du siècle dernier, qui incarna la résistance par les mots.

Livres anciens et modernes, livres illustrés, manuscrits, autographes : bibliothèque Max-Pol Fouchet
samedi 08 octobre 2022 - 10:00 (CEST)
438, boulevard François-Mitterrand - 53100 Mayenne
Pascal Blouet
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne