Anne Lahumière

Le 08 septembre 2017, par La Gazette Drouot
© vimeo

La défenseuse de l’abstraction géométrique nous a quittés le 14 juillet, à l’âge de 82 ans. Une date teintée d’ironie pour cette Allemande de naissance… Son mari, Jean-Claude  disparu il y a trois ans, et elle-même avaient fondé leur galerie en 1963, en même temps que le Cercle international de l’estampe. Ils ont quitté la rue d’Aguesseau pour celle du Parc-Royal et sont passés de l’estampe aux œuvres de la nouvelle figuration, puis de l’abstraction géométrique dans les années 1980. Mais pendant plus d’un demi-siècle, Anne et Jean-Claude Lahumière sont restés fidèles à leurs artistes, qu’il s’agisse de figures historiques  Herbin, Dewasne, Honegger, sans oublier Vasarely  ou de plus jeunes, tels Coignet et Pondruel. L’engagement de cette femme de caractère est connu de tous : présidente du Comité des galeries d’art de 1993 à 2004, membre du Conseil des ventes, elle contribuait également volontiers à l’organisation de rétrospectives de ses artistes dans les institutions muséales. Cette battante n’a pas hésité à demander à Jacques Toubon, alors ministre de la Culture, un soutien financier de l’État pour que les galeries françaises puissent participer aux foires étrangères. Elle laissera un vide dans le marché de l’art français.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne