facebook
Gazette Drouot logo print

À Cannes, un feu d’artifices pour la fin de l’année

Le 11 janvier 2018, par Philippe Dufour

Quatre jours d’enchères… Comme chaque fin d’année, Besch Cannes Auction OVV occupait le haut de l’affiche avec une série de six ventes de prestige, mêlant toiles de maîtres, sculptures, joaillerie, horlogerie et vins de tout premier ordre. Ces derniers ouvraient le bal les jeudi 28 et vendredi 29 décembre, permettant de…

À Cannes, un feu d’artifices pour la fin de l’année
Émile Gallé (1846-1904), vase La Myrtille des bois, verre à couches gravées à l'acide, applications de verre, surface vernie et polie au four, h. 17,7 cm.
Adjugé : 42 040 €

Quatre jours d’enchères… Comme chaque fin d’année, Besch Cannes Auction OVV occupait le haut de l’affiche avec une série de six ventes de prestige, mêlant toiles de maîtres, sculptures, joaillerie, horlogerie et vins de tout premier ordre. Ces derniers ouvraient le bal les jeudi 28 et vendredi 29 décembre, permettant de réaliser un total de ventes supérieur à 1 M€, pour 1 527 lots. Et c’est le domaine de Vosne-Romanée, l’une des références absolues du vignoble bourguignon qui prenait la première place, avec cet ensemble vendu pour 45 315 € : il se composait d’un jéroboam de cros-parantoux millésimé 1995 d’Henri Jayer, d’une bouteille d’échezeaux de 1990 et d’une autre de cros-parantoux récolté en 1989. Quant au domaine de la Romanée-Conti, il était représenté par un assortiment de 12 bouteilles de l’année 2000, parti à 35 735 €, et un second daté de 2007 à 34 385 €. Un unique flacon éponyme de 1989 s’élevait jusqu’à 10 450 €. De son côté, un magnum de la-tâche, millésime 1996 nécessitait 8 290 €. Bordeaux n’était pas en reste, avec une caisse estampillée petrus contenant six bouteilles de 2003, qui étaient adjugées 11 175 €, alors que des mêmes arpents une autre caisse affichant la date de 2004, requérait 10 930 €. Le mouton-rothschild était bien représenté par une caisse recélant six flacons de 2000, emportée contre 9 700 €. Quant aux cuvées de Champagne, elles se présentaient souvent en grand format, comme ce magnum Champagne Collection millésimé 1971, débouché à 8 595 €. Du côté des alcools rares trônait une étonnante chartreuse Tarragone, période 1921-1929, plébiscitée à 10 190 €.
 

Vosne-Romanée, ensemble d’un jéroboam cros-parantoux 1995 d’Henri Jayer, d’une bouteille d’échezeaux 1990 et d’une autre de cros-parantoux 1989. Adjug
Vosne-Romanée, ensemble d’un jéroboam cros-parantoux 1995 d’Henri Jayer, d’une bouteille d’échezeaux 1990 et d’une autre de cros-parantoux 1989.
Adjugé : 45 315 €


D’Utrillo à Gallé, les arts au XXe siècle
Le samedi 30 décembre, les maîtres de l’art moderne prenaient la relève avec à leur tête, une figure haute en couleur du Montmartre des années 1930 : Maurice Utrillo. Il était représenté à Cannes par l’une de ses traditionnelles vues de la Butte, avec pour sujet
Le Lapin agile, provenant de la collection d’Henri Gaffié, à Nice ; le cabaret, présenté sous un jour printanier, suscitait une enchère de 94 125 €. Tout aussi atypique, l’artiste Maurice de Vlaminck signait un Paysage au pont, aux sombres tonalités orageuses qui emportaient dans leurs nuées la jolie somme de 38 970 €. Il était talonné par un autre pont, Le Pont Corneille à Rouen, dépeint par l’impressionniste Armand Guillaumin, prisé à 35 140 €. Observateur minutieux de la vie parisienne, Edouard Cortès livrait ici une Porte Saint-Martin au crépuscule, une toile requérant 31 375 €. Côté volumes, on retenait surtout un Ours brun de François Pompon modelé en 1918, un bronze à patine brune très nuancée de reflets orangés, fondue vraisemblablement chez Hébrard, dont les formes lisses et généreuses attiraient 35 140 €. Cependant, d’autres beaux prix étaient à aller chercher au rayon des arts décoratifs : ainsi ce vase signé Georges Jouve, céramiste majeur de la seconde moitié du XXe siècle, et nommé Bonbonne ; datée des environs de 1955, l’œuvre est émaillée d’un somptueux noir subtilement satiné. Elle récoltait la somme de 74 045 €. Le magicien de Nancy Émile Gallé faisait partie du tiercé gagnant avec plusieurs belles pièces, à commencer par un délicat vase de forme arrondie à col resserré portant l’inscription «La Myrtille des bois», vendu pour 42 040 €. Il était suivi du superbe Vase-gourde aux léopards héraldiques et fleurs de lys, présenté dans la Gazette n° 44, page 129. Rappelons que, exécuté entre 1871 et 1878 comme l’indique une inscription, il est constitué de cristal ambré agrémenté d’un décor gravé à la meule en intaille, peint aux émaux durs polychromes et rehaussé à l’or. Pour tant de luxe discret, il fallait compter 37 650 €. René Lalique démontrait quant à lui tout son talent de maître verrier avec un coffret Figurines, à cinq plaques en verre blanc moulé, pressé et patiné sur fond argenté, disposées sur un bâti en érable moucheté. Un collectionneur l’emportait en échange de 35 140 €.

 

Maurice Utrillo (1883-1955), Le Lapin Agile, huile sur toile, 33 x 41 cm. Adjugé : 94 125 €
Maurice Utrillo (1883-1955), Le Lapin Agile, huile sur toile, 33 x 41 cm.
Adjugé : 94 125 €


Bijoux signés et pierres de rêve
Pour ce dernier jour festif de l’an, quoi de plus indiqué que la dispersion d’écrins bien fournis, dont certains s’ouvraient au profit de l’association Médecins sans frontières ?
Ce 31 décembre brillait la vedette de la vacation, enlevée à 109 185 €… Il s’agit d’un diamant naturel de taille princesse, pesant 10,49 ct et monté sur une bague en or bicolore épaulé de petits diamants. D’un poids brut de 6,42 g, la pierre affiche une subtile couleur Fancy Intense Yellow pour une pureté VS1. Plus à portée, un saphir de Madagascar d’environ 8 ct monté sur une bague en platine, était épaulé de diamants troïda de 1 ct chacun, de couleur supposée H 
; l’ensemble de 7,52 g était à vous pour 32 255 €. En guise de conclusion, rapportons les véritables records établis pour des bijoux de la maison René Boivin de la série «Les Irradiantes» : en particulier une paire de boucles d’oreilles clip en argent plaqué or jaune, et pavées de mosaïque de miroir teintées jaunes, pour un poids brut de 17,68 g, achetée 25 100 €. 

 

Diamant naturel de taille princesse, 10,49 ct, couleur Fancy Intense Yellow, pureté VS1, monté sur une bague en or bicolore épaulé de petits diamants,
Diamant naturel de taille princesse, 10,49 ct, couleur Fancy Intense Yellow, pureté VS1, monté sur une bague en or bicolore épaulé de petits diamants, poids brut de 6,42 g.
Adjugé : 109 185 €
 
Georges Jouve (1910-1964), vase Bonbonne, vers 1955, céramique émaillée, h. : 51,4 cm.  Adjugé : 74 045 €
Georges Jouve (1910-1964), vase Bonbonne, vers 1955, céramique émaillée, h. : 51,4 cm. 
Adjugé : 74 045 €

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne