facebook
Gazette Drouot logo print

La Gazette Drouot Personnalités - 6 questions à

6 questions à Zad Moultaka

Le 16 décembre 2021, par La Gazette Drouot

Le compositeur libanais de renommée internationale est aussi reconnu comme artiste plasticien. Ses œuvres sur papier sont exposées jusqu’au 30 décembre à la galerie Aedaen, à Strasbourg.

6 questions à Zad Moultaka
© Sarah Bastin

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Étant moi-même peintre, je suis particulièrement sensible à la peinture. La sensualité que peut dégager sa matière me procure une joie physique et intellectuelle et me met en vibration, telle la corde d’un instrument.
Votre dernier coup de cœur culturel ?
L’Outsider Art Fair, autour de l’art brut et l’«art des fous».
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
T1963-R37 de Hans Hartung. Le rapport entre le geste direct du peintre et une sorte d’immanence de l’arrière-plan me ramène aux artistes de Chauvet. Hartung touche ici à un mystère originel en échappant au temps historique de la peinture.
L’artiste qui vous touche ?
Etel Adnan (décédée le 14 novembre, ndlr). Elle est restée un enfant jusqu’à la fin. Les derniers mois avant son grand départ, elle a peint à l’encre noire sur toile : c’était une découverte qui la mettait dans un incroyable état de fraîcheur juvénile. Etel était une chamane, touchée par la générosité divine.
Tendance FIAC ou Fine Arts Paris ?
Plutôt FIAC. La création contemporaine nourrit ma réflexion et ma propre démarche artistique.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Je fonctionne par coups de cœur. La décision s’impose à moi d’une manière fulgurante, le critère absolu étant la charge de sensibilité et d’émotion que contiennent les œuvres.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne