De Bologne à Ouarzazate, des artistes couronnés de succès

Le 01 avril 2021, par Philippe Dufour

Carracci, Backhuysen ou encore Majorelle étaient à l’affiche d’une vente de prestige composée de tableaux et mobilier portant de célèbres signatures.

Ludovico Carracci (1555-1619), L’Adoration des Mages, cuivre, 36 26 cm.
Adjugé : 252 150 

L’invité de marque de la session appartenait à une famille bolonaise renommée : celle des Carracci – les Carrache comme on les a souvent dénommés de ce côté-ci des Alpes… L’art de Ludovico, le cousin d’Annibal et d’Agostino, s’est illustré par une très expressive Adoration des Mages (voir l'article Carracci, prénom Ludovico, profession peintre de la Gazette n° 11, page 30). Peinte sur cuivre, l’œuvre de petites dimensions (36 26 cm) n’en a pas moins remporté 252 150 €, score remarquable auquel ne serait pas étranger le fait que la composition est une reprise autographe du grand retable jadis placé dans l’église San Bartolomeo di Reno, à Bologne, et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Direction la mer du Nord pour admirer, en échange de 172 200 €, une scène typiquement hollandaise brossée par le grand Ludolf Backhuysen, Marine par gros temps (voir l'article Une star de la peinture de marine de la Gazette n° 11, page 148). Signée sur le drapeau, la toile (44,5 58,5 cm) illustre à merveille le travail de l’artiste s’attachant le plus souvent à rendre des houles démontées et des nuages menaçants… Plus serein, car d’un bleu léger, s’affirmait le ciel dépeint par Jacques Majorelle sur sa vision de Ouarzazate (77,5 88,5 cm) : une technique mixte sur panneau d’Isorel à rehauts de poudre métallique qui a séduit à hauteur de 153 750 €. Avec 10 100 €, on retrouvait enfin un Carrache, mais cette fois Annibal, portraituré sur une assiette sortie de la manufacture de Sèvres, faisant partie d’un supplément de 1819 livré à Louis XVIII du «service des Italiens célèbres», commandé en 1813 par Napoléon pour son palais de Rome ; la pièce (diam. 23,5 cm) est ornée en son centre du portrait en grisaille de l’artiste, alors que l’aile à fond vert de chrome porte des guirlandes de laurier ou de feuilles de chêne en or, entourant des fleurs de lys.
 

Ludolf Backhuysen (1630-1708), Marine par gros temps, huile sur toile, 44,5 x 58,5 cm. Adjugé : 172 200 €
Ludolf Backhuysen (1630-1708), Marine par gros temps, huile sur toile, 44,5 58,5 cm.
Adjugé : 172 200 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne