L’âme mystérieuse des icônes crétoises

Le 25 juin 2020, par Philippe Dufour

Une Vierge à l’Enfant crêtoise des plus affectueuses était accompagnée du souvenir de baignades estivales dans cette vente champenoise où flottait une atmosphère de sérénité.

Crète, vers 1500. La Mère de Dieu Glycophilousa, tempera sur tissu et bois, fond doré refait, deux couronnes de métal ajoutées au XIXe siècle, 26,9 20 cm.
Adjugé : 21 910 

Peinte en Crète vers 1500, La Mère de Dieu Glycophilousa, dite en français «Vierge au doux baiser», dominait de sa présence aimante la session. Peinte à la tempera sur tissu et bois, l’icône (26,9 20 cm) de la Vierge – couronnée de métal sans doute au XIXe siècle – évoque parfaitement un amour infini et divin. La technique, elle, s’avère particulièrement soignée, avec ce rendu des chairs modelées à l’aide de fines stries, qui fait attribuer la paternité de l’œuvre à un grand artiste crétois de l’époque Paléologue, hélas demeuré anonyme… L’image inspirée a été disputée jusqu’à 21 910 €, confortant les plus hauts espoirs. On quittait ensuite l’atmosphère méditative des sanctuaires orthodoxes pour prendre une grande respiration avec un tableau – peint sur bois lui aussi – signé Georges Manzana-Pissarro. Fils de Camille Pissarro, l’artiste suggère ici une belle journée d’été, à travers La Plage et les baignades, Petit-Andelys (38 55 cm), brossée en 1936. Tout le plaisir était pour vous contre 4 632 €. Restons dans la nature, avec le dernier lot : une figure animalière mettant en scène un Jeune cerf à l’affût. Il s’agit en fait d’un bronze à patine brune signé Maximilien Louis Fiot sur la terrasse ; pour cette belle «Fonte Susse Frères», portant leur cachet (43 27 cm), il fallait compter 3 380 €. Château-Thierry-Brasles, samedi 20 juin. Sophie Renard OVV. Mme de Saint-Marcq.

samedi 20 juin 2020 - 14:00 -
12, avenue de Château-Thierry 02400 Château-Thierry - Brasles
Sophie Renard
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne