D’Henri Matisse à Line Vautrin

Le 01 juillet 2021, par Philippe Dufour

Un des modèles favoris du peintre à la fin des années 1930, Hélène Mercier s’est prêtée aux arabesques savantes… Identifié récemment, ce dessin était accompagné d’autres merveilles, comme une sculpture de Laurens et un miroir de Line Vautrin.

Line Vautrin (1913-1997), miroir circulaire à glace bombée et à triple encadrement de talosel, vers 1960-1965, le premier en nid d’abeille noir, le deuxième incrusté de verre nacré gris et doré taillé en baguette et le troisième simulant le bois flotté, signature à chaud au dos et cachet Roi, diam. 23,5 cm.
Adjugé : 68 365 

Analysée dans la Gazette n° 24 (voir l'article Henri Matisse, une redécouverte page 169), la grande feuille de 65,5 50,5 cm porte la représentation, assise, de la princesse Galitzine, devenue par son mariage Hélène Mercier (1912-1966). Henri Matisse l’a réalisée le 22 octobre 1938 au fusain et à l’estompe, et a repris la figure à la pose très étudiée pour peindre sa toile Le Chant, de 1938 également, commandée par Nelson Rockfeller pour son appartement de Manhattan. Longtemps roulée dans une maison provençale, l’œuvre s’est avérée être une belle redécouverte… Malgré ce faisceau de qualités, elle n’a cependant pas dépassé l’estimation basse, en décrochant 266 200 €. Dans son sillage, une sculpture emblématique du travail d’Henri Laurens faisait son apparition, déployant ses formes recherchées… Le Ruban est une épreuve en bronze à patine brune, portant le cachet du fondeur Valsuani, ainsi que le monogramme «HL» et le numéro 0/6 (h. 25 cm). Provenant de la galerie Louis Leiris, il avait tout pour plaire, et partait à 37 510 €. Les arts décoratifs étaient bien représentés également, servis par l’une des créatrices les plus cotées aujourd’hui… Line Vautrin est l’auteur de ce miroir circulaire à la glace bombée de sorcière (diam. 23,5 cm), décoré d’un triple encadrement de talosel : le premier en nid d’abeille noir, le deuxième incrusté de verre nacré gris et doré taillé en baguette et le troisième simulant le bois flotté. Il porte la signature à chaud de «Line Vautrin» au dos et le cachet «Roi» ; réalisé vers 1960-1965, il a été acquis à cette époque, et changeait aujourd’hui de mains à 68 365 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne