Gazette Drouot logo print

De Stella à l’Italie baroque, les fastes du XVIIe siècle

Publié le , par Philippe Dufour

Beaucoup de références à l’art de la péninsule italique dans cette dispersion lyonnaise, à commencer par une délicate œuvre peinte sur marbre, et attribuée au maître parisien Jacques Stella.

De Stella à l’Italie baroque, les fastes du XVIIe siècle
Attribué à Jacques Stella (1596-1657), Vierge à l’Enfant, marbre, 24 x 15,5 cm.
Adjugé : 9 015 €

La composition met en scène la Vierge à l’Enfant, ce qui confirme déjà la main de cet artiste, spécialisé dans les thèmes religieux. Quant à la technique, elle lui est également propre, car il sera l’un des plus grands spécialistes de son siècle pour ce type de peintures sur pierre. C’est à Florence ou à Rome, cités où il séjournera de 1616 à 1634, que Stella aurait pu faire l’apprentissage de cet art précieux, qu’il pratiquera sur onyx, lapis-lazuli, ou ardoise. De retour à Paris, il sera bientôt nommé peintre du roi Louis XIII. En ce samedi, notre Vierge changeait de mains pour 9 015 €. Provenant d’Italie, car attribuée à son école du XVIIe siècle, et plus précisément à l’atelier de Francesco Cairo, une Femme de trois quarts fixée sur toile (51 38,5 cm) recueillait 7 763 €. Mêmes origine et période pour le lot, savoureux, qui suivait : une paire de toiles représentant une Nature morte aux grenades et une Nature morte aux pastèques (49 63,5 cm chacune). Inscrites au dos «Roma», elles sont données à l’entourage d’Abraham Bruegel, et elles partaient pour 7 137 €. Plus ancienne, l’école française du XVIe siècle n’était pas négligée avec une Toilette de Psyché sur toile (94,5 100,5 cm), par un suiveur d’Ambroise Dubois, qui avait repris le tableau de ce dernier, conservé aujourd’hui au château de Fontainebleau (7 011 €).

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot