Les Picasso de Roger Passeron

Le 07 janvier 2021, par Anne Doridou-Heim

Roger Passeron a cultivé pour l’estampe ancienne et moderne une passion personnelle, définitivement gravée par la dispersion de sa collection.

Pablo Picasso (1881-1973), Minotaure aveugle guidé par une fillette dans la nuit, 1934, aquatinte à la manière noire, épreuve du 4e état sur 4, filigrane Vollard, signée au crayon noir au recto, 34 44,5 cm.
Adjugé : 80 010 

© SUCCESSION PICASSO, 2021

Les deux premières ventes de cet ensemble pléthorique, décrypté par l’Événement de la Gazette n° 44 du 11 décembre (voir l'article La collection Roger Passeron s’effeuille à Drouot page 11), ont reçu l’accueil enthousiaste d’un public de connaisseurs conscients de sa qualité et de celle de Pierre Passeron, l’homme l'ayant réuni. Elles se sont conclues sur un montant total de 1 424 383 €. Une place importante y était réservée à Pablo Picasso (1881-1973), grand maître de la technique, entre autres talents. Ce Minotaure aveugle guidé par une fillette dans la nuit, une épreuve à l’aquatinte à la manière noire scrupuleusement choisie chez Petiet, a accroché 80 010 €, une autre d’un Faune dévoilant une femme/dormeuse (34 44,5 cm) de 1936, 57 150 € et la délicate Colombe (56,8 76,2 cm), une lithographie de 1949, s’envolait à 35 560 €. Côté XXe, l’autre vainqueur était André Masson (1896-1987), dont le collectionneur détenait près de cent pièces, estampes et dessins originaux Le Minotaure (52 66 cm), un pastel exécuté en Amérique en 1942 (voir page 12 de la Gazette ci-dessus mentionnée) et attendu au plus haut se levait à 50 800 €, quintuplant les pronostics. À eux seuls, ces deux grands noms du siècle occupaient les dix premières places pour les résultats des modernes. Parmi les anciens, tout autant passionnément recherchés, Albrecht Dürer (1471-1528) était évidemment présent et au sommet. Quatre feuilles du maître étaient longuement bataillées : l’énigmatique et personnelle Melencolia 1 de 1514 (voir page de droite), appartenant à la suite des «Meisterstiche», à 40 640 €, devant les 36 830 € de la planche en bois des Quatre cavaliers de l’Apocalypse (39,1 27,5 cm), les 34 925 € d’un burin mettant en scène Saint Eustache (dit également saint Hubert) et les 28 204 € de La Grande Prostituée de Babylone (39 28 cm), un bois gravé également. Avec cette collection, les arts ancien et moderne se rejoignaient. Les historiens voient dans le Minotaure un autoportrait de Picasso et dans Melencolia 1, celui spirituel de Dürer. Roger Passeron, en les réunissant, les faisait siens également.
 

Albrecht Dürer (1471-1528), Melencolia 1, 1514, burin (détail), 24,1 x 18,6 cm. Adjugé : 40 640 €
Albrecht Dürer (1471-1528), Melencolia 1, 1514, burin (détail), 24,1 18,6 cm.
Adjugé : 40 640 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne