Marc Fumaroli, la succession d’un académicien

Le 06 mai 2021, par Anne Doridou-Heim

Parmi les nombreux souvenirs et peintures ayant appartenu à Marc Fumaroli (1932-2020), tableaux, gravures et dessins anciens étaient les plus recherchés.

Attribué à Noël-Nicolas Coypel (1690-1734), Apollon et la Sibylle de Cumes, huile sur toile, 85 61,5 cm.
Adjugé : 15 240 

De son vivant, l’académicien, ami des arts – voir l'article Succession Marc Fumaroli page 38 de la Gazette n° 16 du 23 avril – a légué au musée du Louvre de nombreux tableaux, notamment le Portrait d’une actrice, dite la Manzanelli de Charles-Antoine Coypel (1694-1752). Il avait conservé Apollon et la Sibylle de Cumes, un sujet tiré des Métamorphoses d’Ovide, une toile attribuée à Coypel, présentée en 2019 chez Sotheby’s, provenant de la collection Karl Lagerfeld. L’épisode raconte le moment où la belle Sibylle demande au jeune Dieu de vivre autant d’années que de grains de sable contenus dans sa main… ce n’était pas en grains de sable que la peinture ici achetée, mais avec 15 240 €. Le goût pour la gravure, principalement celle du Grand Siècle, était indissociablement lié à une forme de rigueur classique que privilégiait Marc Fumaroli. Il possédait un bel ensemble de portraits du règne de Louis XIV, fixés par Robert Nanteuil, Claude Mellan et Anne-Claude de Caylus, tous personnages reconnus entre 445 et 2 308 €, mais encore de beaux dessins anciens, dont justement Le Triomphe du comte de Caylus, rendu à la pierre noire et à la plume (60 46,5 cm), par Clément-Pierre Marillier (1740-1808) et élevé à 4 445 €. Terminons par un portrait royal, celui de Louis XIV adolescent, traduit dans un médaillon en marbre blanc (31 23,5 cm) par une école française de la seconde moitié du XVIIe siècle, aux pieds duquel 17 948 € étaient déposés.

Une Vierge de l'école mexicaine vers 1750

Le 06 mai 2021, par Anne Doridou-Heim

Une image de la Madone des années 1750 apparaissait et se faisait remarquer dans les hauteurs. 

École mexicaine de la Maravilla Americana, Vierge de Guadalupe, vers 1750, huile sur toile, 209 123 cm.
Adjugé : 72 390 

Depuis que la Vierge Marie est apparue sur une colline de Mexico en 1531 à Juan Diego Cuauhtlatoatzin, un jeune Aztèque converti au catholicisme par les missionnaires espagnols, son culte s’est répandu dans tout le Mexique sous le nom de Notre-Dame de Guadalupe ou Vierge de Guadalupe. L’image de la Madone se serait miraculeusement imprimée sur le manteau du garçon, alors que celui-ci remettait des roses d’Espagne en preuve des apparitions maritales dont il disait être l’objet, à l’évêque de la ville. Après un long cheminement mené par l’Église catholique, elle est proclamée reine du Mexique et impératrice des Amériques et durant la guerre d’Indépendance du pays,elle sera considérée comme un symbole national. Dès le XVIIe siècle, les artistes des écoles locales vont la représenter selon un canon qui varie peu : la tête penchée en contemplation, perdue dans ses prières, dans une mandorle de rayons de soleil, nimbée d'une certaine naïvetée, où seul l’entourage évolue, comme ici. La Sainte Figure est entourée d’angelots et de bouquets de roses pour rappeler l’instant primordial de sa reconnaissance. Cette peinture de grandes dimensions – 209 123 cm – retenait une attention de 72 390 €.

Panorama (après-vente)

Le bon roi en famille

Le 06 mai 2021, par Anne Doridou-Heim

Le musée national du Château de Pau ne pouvait laisser lui échapper cette aquarelle représentant le bon roi Henri recevant l’ambassadeur d’Espagne en grande tenue, lorsqu’il est en train de se divertir en famille, avec le Dauphin, futur Louis XIII, à califourchon sur son dos. Une image attendrissante ajoutant encore au crédit chaleureux du souverain qu’Eugène Lami (1800-1890) a su exécuter avec brio et qui n’est pas sans faire écho à celle du jeune John-John Kennedy jouant sous le bureau de son père. La feuille (14,5 20 cm) présentée le vendredi 30 avril à Drouot par Auction Art Rémy Le Fur & Associés (M. Auguier) a été préemptée à 8 128 €.

vendredi 30 avril 2021 - 14:45 - Live
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne