Alanguie, l’Indochine se réveille pour broder deux records mondiaux

Le 18 avril 2019, par Anne Doridou-Heim

Cette oeuvre de Luong Xuan Nhi décrochait un record mondial pour l'artiste, un paravent faisant de même pour Alix Aymé.

Luong Xuan Nhi (1913-2006), L’Atelier de broderie, encre et couleurs sur soie, 37 77,5 cm.
Adjugé : 526 760 

Nouvel opus dédié à la modernité vietnamienne et nouveaux succès couronnant tout d’abord un peintre formé à l’École des beaux-arts d’Hanoï puis une femme artiste, professeure dans cette même école. Luong Xuan Nhi (1913-2006) a un parcours personnel qui le différencie des autres élèves. Après avoir obtenu son diplôme en 1937, il part deux ans pour l’URSS et à son retour, peindra des scènes sociales et réalistes qui, dans le nouveau Vietnam, lui apporteront une grande notoriété. Cette œuvre, intitulée L’Atelier de broderie, appartient à sa première période, celle où son regard sensible se porte sur la société traditionnelle. Il la représente en douceur et avec naturel, employant volontairement des tons assourdis et le support ancestral de la soie. Forte de ces qualités, elle s’élevait pour lui offrir à 526 760 € un record mondial (source : Artnet), honneur qu’elle partageait avec un laque d’Alix Aymé (1894-1989 - Voir détail page de droite), porté à 182 000 €. Les auteurs de ces œuvres savent transcrire des scènes intimistes avec une infinie subtilité. Ce paravent montre des Femmes alanguies qui semblent ne pas être dérangées par le travail de l’artiste et se laissent aller à leur rêverie, sur un fond paysager d’une belle modernité. À leurs côtés, une toile de Nguyen Nam Son (1890-1973) figurant Le Vieux du village de Kim Lien (40,2 x 52,3 cm), peinte en 1926, s’inscrivait à 130 000 €. Le vieil homme émerge sur une végétation exécutée par aplats d’ocres de vert et de jaune, une technique empruntée aux impressionnistes. Autre élève reconnu, Lé Phô (1907-2001), dont les Fleurs de pavots et foulard éclairaient à 75 400 € un coin de table laqué rouge. Pour conclure, Lin Fengmian (1900-1991) invitait à une douce poésie nocturne avec des Lotus aquarellés, traduits dans le format carré (66,5 66 cm) apprécié de l’artiste chinois. Difficile de ne pas y voir une généalogie avec les Nymphéas de Monet, un aller-retour gagnant entre l’Est et l’Ouest, récompensé cette fois de 269 800 €.
 

Alix Aymé (1894-1989), Femmes alanguies, paravent en laque, 102 x 157 cm (détail). Adjugé : 182 000 €
Alix Aymé (1894-1989), Femmes alanguies, paravent en laque, 102 157 cm (détail).
Adjugé : 182 000 
vendredi 12 avril 2019 - 02:30 - Live
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne