Motos anglaises et françaises sur le podium

Le 23 septembre 2021, par Philippe Dufour

Parmi les concurrentes alignées sur la ligne de départ de ce rendez-vous chartrain, les deux-roues «made in France» rivalisaient avec une britannique de légende.

Vincent 1000 Black Shadow de 1950.
Adjugé : 50 400 

Gagnante toutes catégories, la Vincent 1000 Black Shadow, sortie en 1950 (voir Gazette n° 31, page 67), a décroché 50 400 €. C’est en 1948 que la marque britannique présente cette moto parée d’une brillante livrée noire, à l’origine de son nom. Elle se distinguera surtout par une puissance inédite, qui lui permet de dépasser les 200 km/h, et d’être leader sur les circuits dans sa version «Black Lightning». Dans sa roue, avec 22 560 €, la mythique René Gillet 750 G de 1926, dotée du moteur bicylindre en «V» inventé dans les années 1900 (reproduite page 67, Gazette n° 31). Cette marque, basée à Montrouge, a été inaugurée en 1895 par un premier modèle, puis s’est rendue célèbre grâce à ses engins robustes ayant équipé l’armée française à partir des années 1920. Le succès de ces deux machines historiques est assez révélateur de la cote d’amour dont bénéficient les motos fabriquées dans l’Hexagone, anciennes ou plus récentes, constituant aujourd’hui un vrai marché avec ses aficionados. À ce chapitre, on peut encore citer la Terrot 500 RGST, millésimée 1956 ; installée à Dijon dès 1887, la firme est devenue dans la première moitié du XXe siècle le plus gros producteur de deux-roues, jusqu’à son absorption par Peugeot en 1959. Ce modèle au coloris noir a inscrit 6 240 €. Naturellement, les japonaises étaient aussi présentes, notamment avec un bijou futuriste, très recherché aujourd’hui : la Honda Monkey Z50M, datant de 1969. Cette moto de petites dimensions a remplacé en 1967 la Z100, avec quelques innovations, comme un guidon repliable… Elle reprenait ici la route pour 5 160 €. Quant à la RS 250, une sportive de 1990 vendue 15 000 €, elle a eu son heure de gloire sur piste grâce, entre autres, à son moteur bicylindre en «V» à 2-temps et sa boîte à six vitesses. En revanche, l’Indian Big Chief (voir Zoom régions n° 31, page 22) n’a pas trouvé preneur.

samedi 18 septembre 2021 - 14:00 - Catalogue
Ivoire - Galerie de Chartres (Gody-Baubau - Maiche - Paris - Rivière)
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne