facebook
Gazette Drouot logo print

Une pagode et l'indépendance de la Grèce

Le 28 octobre 2021, par Anne Doridou-Heim

Si la maquette de pagode chinoise et les souvenirs des Montmorency étaient attendus, une toile relative à l’indépendance de la Grèce créait la surprise.

Une pagode et l'indépendance de la Grèce
École française vers 1825, Le Prêtre grec, huile sur toile, 160 120 cm (détail).
Adjugé : 193 200 

Bien avant d’accueillir les bureaux de la Gazette Drouot, le boulevard Montmartre avait des allures de campagne ainsi que raconté dans le Coup de cœur de la n° 35 (voir l'article Une folie en forme de pagode chinoise, spectacle garanti ! page 16). Tout au long de cette voie s’élevaient des constructions pittoresques, éphémères parfois, à l’image du pavillon chinois de l’hôtel de Montmorency-Luxembourg. Une maquette de ce qui peut être regardé comme l’ancêtre des installations à la mode en cette époque contemporaine, destiné déjà à orner le parc d’une prestigieuse adresse, devient pérenne. Pour 45 080 € en effet, elle a été préemptée par le musée Carnavalet et va rejoindre les riches collections de cette institution, récemment transformée pour mieux encore présenter les témoins du Paris d’hier : une acquisition dont on ne peut que se réjouir ! À ce chapitre d’ailleurs, le musée de Versailles emportait – cette fois pour 7 728 € – une assiette en porcelaine de Chine à décor imari (diam. 28 cm), provenant du service commandé par Louis XV par l’intermédiaire de la Compagnie française des Indes orientales en 1738, probablement pour sa salle à manger d’hiver. Les souvenirs des Montmorency constituaient bien l’angle attendu (voir l'article Souvenirs des Montmorency de la Gazette n° 36, page 63), en autant d’images de leurs demeures disparues. La paire de toiles représentant deux vues du château de la Brosse – l’une côté cour, l’autre côté jardin – peintes en 1781 par Pierre-Alexandre Royer (1769-1796) était décrochée à 42 504 € et le Portrait présumé de la duchesse de Montmorency (1774-1846), une miniature sur ivoire (20 15 cm) de l’un des grands noms de la spécialité, Daniel Saint (1778-1847), à 19 320 €. En revanche, une grande toile présentée comme de l’école française vers 1825 surprenait. Son sujet, Le Prêtre grec, évoque un épisode de la guerre d’indépendance de la Grèce en 1821, laquelle a tant ému les intellectuels européens. Elle figure un prêtre orthodoxe défendant la Croix face à des soldats ottomans. En cette année d’un autre bicentenaire, alors que le Louvre vient d’ouvrir une grande exposition sous le titre «Paris-Athènes. Naissance de la Grèce moderne, 1675-1919» (jusqu’au 7 février 2022), cette composition ambitieuse retenait 193 200 € avec sans doute, de la part des enchérisseurs, une petite idée de son auteur…
 

Atelier de Pierre Rousseau (1751-1829), Maquette du pavillon chinois de l’hôtel de Montmorency-Luxembourg, vers 1770-1780, bois, métal, ca
Atelier de Pierre Rousseau (1751-1829), Maquette du pavillon chinois de l’hôtel de Montmorency-Luxembourg, vers 1770-1780, bois, métal, carton, papier, tissu, h. 85, base 51 40 cm.
Adjugé : 45 080 

Mobilier et objets d'art
mardi 19 octobre 2021 - 11:00 (CEST) - Live
Coutau-Bégarie
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot