Pendule d’Isaac Thuret, le temps des victoires

Le 15 avril 2021, par Sophie Reyssat

Une pendule d’Isaac Thuret rythmait le défilé triomphant des arts anciens, de la sculpture à la tapisserie en passant par les pierres dures florentines.

Époque Louis XIV, vers 1680, pendule en bronze doré, laiton doré, peut-être également argenté, et gravé, la façade contenant le cadran à chiffres romains et arabes signé Isaac Thuret à Paris, horloger reçu maître avant 1662, dôme amovible surmonté d’une figure d’enfant, contenant le timbre dont la sonnerie s’échappe par une rosace ajourée, le mouvement sonne les heures et les demi-heures, 43 23,5 16,5 cm (sans le socle).
Adjugé : 48 750 

Les arts anciens recueillaient le succès dès le samedi 3, avec cette pendule du XVIIe siècle, attendue au plus haut à 8 000 € et bataillée jusqu’à 48 750 €. Due à Isaac Thuret, nommé horloger ordinaire du roi avant 1663, puis horloger de l’Académie des sciences avant 1672, elle est à rapprocher d’un modèle conservé au musée Paul-Dupuy de Toulouse. Les bons auspices de Flavius Josèphe réussissaient à une tapisserie monogrammée par Hans Mattens, actif à Bruxelles au tournant du XVIIe siècle, qui était décrochée à 32 500 €. De beaux lauriers pour Vespasien, auquel le général et historien – vaincu lors du siège de Jotapata, en 67, et emprisonné par les Romains – prédisait un destin impérial. En laine et soie, et paillons d’or et d’argent, ce panneau (305 327 cm) a conservé la fraîcheur de sa polychromie. Il appartient à une série de tentures sur les guerres judaïques, inspirée par la chanson de geste «La Vengeance de notre Seigneur». Antiquité toujours le lendemain, célébrée à hauteur de 36 250 €, grâce à un sculpteur français du XVIIe siècle s’inspirant de ses prédécesseurs pour tailler une tête de Poséidon dans le marbre blanc (h. 42 cm). À 31 250 €, hommage était également rendu à La Vierge à l’Enfant et saint Jean Baptiste, peints sur un panneau de tilleul par un suiveur de Bernardino Luini, vers 1520 (33,5 29 cm). Près d’un siècle plus tard, à Florence, était réalisée une paire de panneaux en marqueterie de pierres dures figurant des perroquets, adoptés pour 28 750 € (61  49 cm, voir l'article Une floraison d’art ancien de la Gazette n° 13, page 89). Alors qu’un contador indo-portugais de la fin du XVIIIe siècle, à montants anthropomorphes, fabriqué en teck marqueté d’ébène et d’os, obtenait 24 375 €, il fallait prévoir 7 250 € pour la bergère de malade estampillée par Claude-Étienne Michard (voir Gazette n° 13, page 88).

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne