Un Saint Joseph attribué à

Le 04 juillet 2019, par Anne Doridou-Heim

Crosse en cuivre limousine et groupe en albâtre des Pays-Bas méridionaux faisaient jeu presque égal dans une vente dévolue à la Haute Époque.

Attribué à Jacques Du Broeucq (vers 1505-1584), Pays-Bas méridionaux, Mons, milieu du XVIe siècle, Saint Joseph apprenant à marcher à l’Enfant Jésus, groupe en albâtre sculpté en ronde bosse avec rehauts d’or et de polychromie, h. 31 cm.
Adjugé : 84 500 

Archétype même de la crosse limousine, le modèle en cuivre champlevé et émaillé, reproduit et présenté page 61 de la Gazette no 24 du 21 juin (voir l'article Bâton de berger), frappait religieusement 88 400 € et devenait bien l’objet le plus cher de la vacation. Il était suivi de très près, non par le coffret en os sculpté dans un atelier de Cologne de la fin du XVIIe siècle qui, malgré sa rareté, ne trouvait pas preneur mais par ce groupe en albâtre réalisé à Mons, dans les Pays-Bas méridionaux, au milieu du XVIe siècle. Cette fois, c’est le sujet qui est rare : il donne à voir la figure de saint Joseph apprenant à marcher à l’Enfant Jésus. Cette image de la tendresse paternelle, à laquelle la confiance du garçonnet fait écho, touchait à 84 500 €. L’œuvre est d’une grande qualité d’exécution, ce qui permet de l’attribuer à Jacques Du Broeucq (vers 1505-1584), architecte et sculpteur montois auteur du jubé de la collégiale Sainte-Waudru. Cet important travail réalisé presque exclusivement en albâtre l’occupa pendant plus de dix ans ! Il y fait preuve d’une totale maîtrise du support et d’une grande minutie dans la subtilité des volumes tout particulièrement dans la part importante dévolue aux drapés et la réalisation des détails. Cette vacation dédiée à la Haute Époque emportait 826 475 € et, outre ces deux premiers prix, voyait un coffret au couvercle à quatre pentes dont l’âme de bois est recouverte de feuilles d’argent repoussé, travail espagnol du Xe-XIe siècle, accepter une offrande de 39 000 €, et un Enfant Jésus nu en ivoire d’un sculpteur sévillan de l’école de Juan Martínez Montañes (1568-1649) bénir à 32 500 €. Provenant d’un petit ensemble d’émaux peints de Limoges réalisés entre les XVIe et XVIIe siècles, une suite de douze plaques attribuée à Colin Nouailher (vers 1514-vers 1588) accrochait 18 200 €. Au chapitre du mobilier s’annonçait enfin un imposant piétement de table de palais en marbre, composé de deux pieds en éventail sculptés de masques de satyre (72,5 100 23 cm chacun)… Cette réalisation provient d’un atelier romain du dernier quart du XVIe siècle, œuvrant dans l’entourage de Giacomo della Porta (1533-1602). Elle se posait avec poids à 37 700 €.

mercredi 26 juin 2019 - 16:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Pierre Bergé & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne