Des roses et des pensées cueillies par Van Dael

Le 07 octobre 2021, par Philippe Dufour

Impossible d’ignorer ce délicat bouquet plus vrai que nature par le virtuose flamand, avant de céder au recueillement devant la Vie de saint Sébastien d’un Anversois demeuré anonyme.

Jan Frans Van Dael (1764 -1840), Roses et pensées dans un vase de verre sur un entablement, toile signée, 32 24,5 cm.
Adjugé : 32 760 


Né à Anvers, mais devenu parisien, Jan Frans Van Dael expose dès 1793 au Salon ses natures mortes de fleurs et de fruits, qui feront de lui l’un des maîtres du genre sous le premier Empire et la Restauration ; l’impératrice Joséphine, qui acquiert deux œuvres de sa main, a été l’une de ses admiratrices inconditionnelles. Il signe là des Roses et pensées dans un vase de verre sur un entablement (32 24,5 cm), où il démontre tout son talent à restituer, outre la texture soyeuse des fleurs épanouies, les transparences du fragile contenant. Portant de plus, au revers, la marque de l’entoileur «Belot/ Rue de l’Arbre sec / N° 3», l’œuvre s’est élevée jusqu’à 32 760 €. Retour dans un passé plus lointain, avec le second lauréat pour les meilleurs résultats (22 680 €) : une école anversoise des environs de 1530, narrant les Scènes de la vie de saint Sébastien. Il s’agit d’une série de quatre panneaux parquetés, montés en prédelle (62 54 cm), illustrant les étapes du martyre du saint, d’après la Légende dorée de Jacques de Voragine : Saint Sébastien embrasse la carrière militaire, Saint Sébastien est dénoncé par le préfet Fabien à l’empereur Dioclétien, Le Martyre des flèches et Saint Sébastien est enterré à Rome… Du côté des sculptures, un classique du XIXe siècle était à portée : le célèbre groupe de Jean-Baptiste Carpeaux représentant Le Prince impérial avec son chien Néro. Pour ce bronze (h. 28 cm) à patine nuancée, avec cachet «propriété Carpeaux Fondeur Barbedienne», signé, situé aux Tuileries et daté 1865, un collectionneur avançait 11 146 €. Enfin, parmi les objets insolites, un encrier ralliait tous les suffrages, avec 16 632 € : en acier, cuivre et étain, en forme de sphère armillaire à décor de bouquets fleuris en relief, sur une base pivotante formant calendrier, il a été fabriqué en Russie, à Toula, à la fin du XVIIIe siècle (h. 22 cm).

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne