facebook
Gazette Drouot logo print

Les fables animalières des Creuzevault

Le 25 novembre 2021, par Anne Doridou-Heim

Germaine Richier dominait une nouvelle fois, épaulée par deux outsiders de poids, François-Xavier Lalanne et Niki de Saint Phalle.

Les fables animalières des Creuzevault
François-Xavier Lalanne (1927-2008), Lapin polymorphe (petit), 1968/1988, bronze à patine noire, justifié 1/8, marque de la fonderie Rocher sur la patte postérieure gauche, 26,5 34 cm.
Adjugé : 273 050 

Cette troisième partie, déjà, de la collection Colette Creuzevault se terminait sur un produit total de 1 933 702 € avec 99 % des lots vendus… Et entraînait un constat : la sculpture en est définitivement le cœur palpitant – sous le Sein de César, une épreuve en résine de polyuréthane moulée et laquée rose (90 76 32 cm) voluptueuse de 112 000 € – et Germaine Richier, César et Jean Dubuffet les chers poulains. La Sauterelle moyenne (voir l'article Collection Creuzevault, un bestiaire fantastique de la Gazette n° 40, page 61 et page de droite) de la sculptrice bondissait pour attraper 190 500 € de ses pattes tendues vers l’avant, alors que sa Vrille (h. 112 cm), en bronze naturel nettoyé, de 1956 (justifié 5/8), tournoyait jusqu’à 215 900 €. Jean Dubuffet (1901-1985) était représenté par un Masque de théâtre I, une pièce unique transférée sur polyester le 6 mars 1969 (49 22 20 cm) et tombée à 114 780 €. Cette belle et grande famille était rejointe par Niki de Saint Phalle (1930-2002), dont une Tempérance (76 47 20 cm) affichait ses rondeurs, ses ailes et ses couleurs, sans complexe jusqu’à 146 050 €, et par un Lapin polymorphe de François-Xavier Lalanne (reproduit ci-dessus) courant vers le plus haut résultat de l’après-midi : 273 050 €. Le mammifère, proposé ici dans sa petite taille (h. 26,5 cm), appartient au bestiaire poétique de ce créateur fécond dont les pièces – qu’elles soient exposées dans les jardins du Petit Trianon à Versailles ou présentées aux enchères – suscitent toujours la même émotion et la même envie. Et ce n’est certainement pas fini… Enfin, puisqu’il est question de poésie, tournons-nous vers le tableau-collage de Max Ernst (1891-1976), aérien en couverture de la Gazette n° 37 (voir l'article Un tableau-poème de Max Ernst). Réalisé en 1962 à partir d’une plume et d’un élément de frise de papier décoratif fixés sur un panneau de bois peint (22,3 16 cm), l’objet retenait 99 060 €.

Germaine Richier (1902-1959), La Sauterelle moyenne, 1945, épreuve en bronze à patine brun foncé, justifiée HC3, cachet du fondeur Valsuan
Germaine Richier (1902-1959), La Sauterelle moyenne, 1945, épreuve en bronze à patine brun foncé, justifiée HC3, cachet du fondeur Valsuani, 54 63 44 cm.
Adjugé : 190 500 
vendredi 19 novembre 2021 - 14:00 - Live
De Baecque et Associés
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot