facebook
Gazette Drouot logo print

Joël Arthur Rosenthal, dit JAR

Le 29 avril 2021, par Anne Doridou-Heim

JAR, le plus secret des joailliers américains installé à Paris, signait à nouveau un joli succès.

Joël Arthur Rosenthal, dit JAR
JAR, paire de pendants d’oreilles en platine et or jaune, composés de chutes de perles de corail surmontées de deux cercles imbriqués sertis de diamants taillés en huit-huit, h. 7,5 cm.
Adjugé : 187 520 

Pour évoquer Joël Arthur Rosenthal, dit JAR (né en 1943), Vanity Fair titrait à l’occasion de la rétrospective que lui consacrait en 2013 le Metropolitan Museum de New York, «Le fantôme de la place Vendôme». C’est en effet peu de dire que ce joaillier américain cultive la discrétion. Il en fait même une marque de fabrique, fuyant la publicité et les photographes, comptant les interviews accordées, refusant les égéries et les services de presse. Rien de tout cela ne lui nuit, tout au contraire : cela contribue à la diffusion d’un parfum de mystère et d’exclusivité qui, combiné à la parfaite exécution de ses bijoux, le fait rechercher par une clientèle internationale exigeante et pointue. Du grand art, décliné aussi aux enchères, où apparaissent parfois quelques-unes de ses créations baroques, extravagantes ou poétiques, nourries d’une passion du passé adaptée aux goûts et aux techniques d’aujourd’hui. Il s’agissait cette fois d’une paire de pendants d’oreilles de platine, d’or jaune et surtout de chutes de perles de corail, élégamment tenues par des cercles habillés de diamants. Cette cascade précieuse a coulé à 187 520 €, devançant le beau mais classique collier du soir pouvant se transformer en diadème, composé de fleurs de lys serties de diamants. Cette pièce unique de Mellerio a été accrochée à 128 000 €.

vendredi 16 avril 2021 - 14:00 - Live
Gros & Delettrez
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot