Une touche féline

Le 21 octobre 2020, par Sophie Reyssat

Grand artiste de l’art déco, Paul Jouve se fait l’interprète des animaux, aux côtés de Pham Hau.

Paul Jouve (1878-1973), Panthère allongée, huile et fusain sur papier marouflé sur panneau, vers 1925-1930, signée « Jouve », cadre d’origine à la feuille d’argent, 39 94 cm.
Adjugé : 38 750 €


Paul Jouve a immédiatement connu le succès auprès de ses contemporains. La cote d’amour de ses œuvres ne se dément pas, en particulier celle de ses dessins animaliers. Contrairement à d’autres artistes français, il n’a pas découvert les bêtes sauvages au Jardin des Plantes, mais dans les zoos de Hambourg et d’Amsterdam, où elles ont plus de place pour se mouvoir. Fasciné par les animaux, qu’il dessine depuis son enfance, il se prend alors de passion pour les grands fauves. De beau format, cette Panthère allongée, prête à bondir à la moindre alerte, était capturée pour 38 750 €. Occupant également tout l’espace de la feuille, réalisée suivant la même technique et encadrée de manière similaire, une Ourse et ourson, œuvre pleine de tendresse, séduisait à 15 000 € (58 66 cm). D’autres animaux étaient en lice, grâce à l’atelier de Pham Hau : des rats montrant allégeance à un chat pour vivre en bonne harmonie, sur un panneau de laque polychrome exécuté vers 1935-1940. Typique de l’imagerie traditionnelle vietnamienne, cette œuvre retourne dans son pays moyennant 35 000 €, soit le triple de son estimation (29 50,5 cm le panneau, voir Gazette n° 36, page 112). Retour en France, sur la plage de Berck, marée basse, immortalisée par Eugène Boudin moyennant 20 000 €, à l’huile sur papier marouflé sur panneau parqueté.

dimanche 18 octobre 2020 - 14:00 - Live
Hôtel des ventes du Château, 13, avenue de Saint-Cloud 78000 Versailles
Osenat
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne