Triple salto pour Sanyu

Le 26 novembre 2020, par Anne Doridou-Heim

Les trois aquarelles de Sanyu, tout en fluidité, ont gravi les premières marches du podium de la collection de Paul Marceau Villain.

Sanyu (1901-1966), Baigneuse à la jambe droite levée, 11. 1933, aquarelle, 31,5 24 cm.
Adjugé : 59 488 

Les collectionneurs avaient le choix ! Ce n’étaient pas une mais trois aquarelles de Sanyu (1901-1966), acquises directement auprès de l’artiste, qui leur étaient proposées. Déclinant une délicate harmonie de rose et de bleu, tracées d’un trait léger, elles figuraient pour la première une Baigneuse à la jambe droite levée (reproduite ci-contre), un mouvement d’équilibre retenu à 59 488 €, et pour les suivantes un Vase aux branches fleuries (39,5 30,5 cm) et des Pêches et poires (24 31,5 cm), adjugées chacune à 48 048 €. Il s’agit là de trois thèmes résumant parfaitement le travail de celui que l’on a surnommé – et l’on comprend pourquoi – le «Matisse chinois». Ces œuvres sur papier provenaient de la collection de Paul Marceau Villain (1897-1980), tout à la fois homme d’affaires et peintre qui habitait un atelier à Montparnasse – auquel l’aquarelle de la baigneuse est d’ailleurs dédicacée. Il y fréquentait les élèves de la Grande Chaumière et achetait des dessins et des estampes auprès de jeunes noms en devenir comme Zao Wou-ki – honoré de 2 860 € pour sa lithographie en couleurs Sans titre (50,5 65,5 cm) de 1961 –, Léopold Survage, Pierre Alechinsky, Sanyu bien sûr, mais aussi parfois des huiles dont une Composition (21 27 cm) de 1931 de Hans Reichel, emportée à 9 838 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne