D'un bureau Louis XV à une céramique kadjar

Le 29 avril 2020, par Philippe Dufour

Tableaux de maîtres, mobilier ancien, objets d'art et bijoux composaient cette vacation de prestige online marquée par une diversité de bel aloi, dûment saluée.

Epoque Louis XV. Bureau plat en placage d'ébène, ornementation de bronzes vernis, 78,5 x 168,5 x 81,5 cm.
Adjugé : 26 000 € 

La dispersion senlisienne était emmenée par deux toiles de charme. La première, attribuée à Robert Lefèvre, figure son Autoportrait assis tenant une palette et ses pinceaux (33 x 24 cm) ; selon la tradition familiale, cette oeuvre a été acquise par un aïeul, ami du peintre, puis conservée par descendance. La figure du peintre est d'ailleurs semblable à celle de l'autoportrait conservé au musée des Beaux-Arts de Caen. Le tableau pouvait donc prétendre à ces 21 960 €. Pour 22 570 €, c'était ensuite un paysage attribué au romantique Carl Gustav Carus qui accédait au podium, un Clair de lune sur une église près d'une rivière (35 x 45 cm). Né à Leipzig, l'artiste a multiplié les vues nocturnes propices à la méditation, à l’instar de son contemporain Caspar David Friedrich. Concernant l'étalon Black knight d'Alfred de Dreux, signalons que l'opérateur n'a pas souhaité communiquer son résultat.
Du côté des arts décoratifs, un grand bureau plat en placage d'ébène (78,5 x 168,5 x 81,5 cm) inscrivait la meilleure enchère, avec 26 000 €. Ouvrant à cinq tiroirs et doté d'une riche ornementation de bronzes vernis, il date du début de l'époque Louis XV. Sans transition, un pichet à anse en terre cuite polychrome (numéroté 193/500, h. 31 cm) figurant un visage - et portant les cachets en creux au revers "Madoura plein feu" et "Edition Picasso", ainsi que la date "9.1.69" - récoltait 12 400 €. Plus ancienne, une grande plaque en céramique émaillée polychrome et vernie (50,5 x 39 cm) ayant vu le jour à l'époque Kadjar, soit au XIXe siècle, recevait 8 300 €. Elle représente un homme tenant une hache devant une architecture entièrement agrémentée de feuillages et d’oiseaux, la bordure fleurie étant ornée de réserves avec des calligraphies (50,5 x 39 cm). Hors concours, mentionnons enfin un brillant taille ronde sur papier pesant 5,02 ct, d'une couleur F et de pureté SI2, qui n'attirait pas moins de 42 000 €.

Panorama (après-vente)

Lefèvre de retour à Caen

Le 28 mai 2020, par Philippe Dufour

Bonne nouvelle : ce Christ en Croix avec Marie-Madeleine à ses pieds peint par Robert Lefèvre (1755-1830) entre dans les collections du musée des beaux-arts de Caen. La toile (57,5 39 cm) a été achetée 2 976 € avec l’aide de la Société des amis de cette institution, lors de la vacation numérique organisée par Actéon - Hôtel de ventes de Senlis OVV le 26 avril dernier. Il s’agit en fait d’une étude réalisée pour la grande toile du Salon de 1827, détruite au musée lors des bombardements de juillet 1944. L’œuvre témoigne du retour de l’artiste à la peinture religieuse, à la fin de sa carrière.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne