À Cannes, la peintre Seund Ja Rhee plébiscitée

Le 26 novembre 2020, par Philippe Dufour

Française d’origine coréenne, Seund Ja Rhee, mais aussi Paul Jenkins étaient les vedettes de la vente annuelle baptisée «Morceaux choisis».

Seund Ja Rhee (1918-2009), Composition abstraite, 1961, huile sur toile signée et datée, 89 x 146 cm.
Adjugé : 210 600 

Le résultat inscrit par la toile Composition abstraite de Seund Ja Rhee témoigne, s’il en était besoin, de l’engouement pour cette artiste courageuse, qui s’installa en France en 1951… L’œuvre (89 146 cm) a grimpé jusqu’à 210 600 €, disputée par les admirateurs internationaux de notre méridionale d’adoption, et ce à partir d’une estimation haute de 60 000 €. Sa date n’est pas non plus étrangère à la réussite de l’opération : 1961, soit le début de la décennie prodigieuse au cours de laquelle Seund Ja Rhee se fait connaître, et qu’elle baptisera d’ailleurs Woman and Earth. Dans cette même catégorie de l’art contemporain, se détachait aussi une dynamique huile sur toile (54 65 cm) de Paul Jenkins, vendue 10 010 €. Intitulée Phenomena par ce tenant de l’abstraction lyrique à l’américaine, elle date de 1965, de là, sans doute, sa palette de teintes acidulées et pop…À l’opposé des recherches avant-gardistes, l’univers rassurant d’Alexandre Benois nous parlait d’un spectacle très dix-neuvième et de ballerines, à travers son Projet de théâtre (à vue 41 29,5 cm), soit une aquarelle de 1946, gouachée sur traits de plume. Pour l’œuvre délicate, caractéristique de l’art du Russe ami de Diaghilev et de Léon Bakst, il fallait compter 18 850 €. Du côté des écrins se sont concrétisées d’autres belles enchères ; ainsi d’un rare ensemble (poids brut 56,10 g) composé de cinq délicates broches en argent doublé or, stylisant des feuilles de marronnier habillées de pavage de diamants taille ancienne et de quelques roses diamantées, centrées d’un diamant taille ancienne en serti griffe. Réalisé vers 1880-1890, il porte le poinçon de maître de Frédéric Boucheron. On l’épinglait pour 71 500 €. Enfin, il faut souligner le succès d’une importante ménagère en argent signée «André Aucoc, Paris», comptant 254 pièces et monogrammée «CZ» ; de style Empire et des alentours de 1900, elle partait à 17 160 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne