Ce n'est pas le nombre mais bien la qualité des œuvres qui est à retenir de cette première dispersion (17 h), la seconde étant fixée le lendemain (14 h) et emmenée par un ensemble de tabatières en or fin XVIII e provenant de la fondation Napoléon (500 à 15 000 €), auxquelles succèdent des objets de vitrine et de décoration et du mobilier d'époque et de style. 55 numéros en revanche se succèderont en fin d'après-midi (le 21), le plus attendu étant un mobilier de salon d'époque Régence en hêtre sculpté et redoré (quatre fauteuils à la reine et un canapé à oreilles) provenant des anciennes collections du château de Sully-sur-Loire. Il est annoncé à 100 000/150 000 €. À ses côtés, on surveillera une commode attribuée à Mathieu Criaerd en vernis européen or sur fond noir figurant un paysage arboré (40 000/60 000 €), une perruquière (Louis XV également) attribuée à François Rubestuck en vernis européen à décor polychrome de chinoiseries sur fond jonquille (50 000/70 000 €), et une paire de bas d'armoires en bois de placage et marqueterie Louis XVI, attribuée à Jean-François Leleu (60 000/80 000 €).
236 Résultats
Résultat : Non Communiqué
Résultat : Non Communiqué