Gazette Drouot logo print
Lot n° 137

RHÔNE - SOCIÉTÉ LUMIÈRE. - Camille ROY (1851-1922),...

Résultat :
Non Communiqué
Estimation :
Réservé aux abonnés

RHÔNE - SOCIÉTÉ LUMIÈRE. - Camille ROY (1851-1922), chef de comptabilité de la Société Lumière, alors intitulée Société des Plaques et Papiers photographiques A. Lumière et ses fils; homme de lettres et chansonnier, il fonda la Revue du Siècle et le Caveau Lyonnais. L.A.S. adressée à Antoine Lumière, au nom du personnel de la Société Lumière, contresignée par 11 autres employés, Lyon, 2 octobre 1897, 1 p. in-folio. «Le personnel de vos bureaux et de vos ateliers, dans une impression de profonde gratitude provoquée par le généreux intérêt que vous lui avez témoigné une fois de plus ce matin même, vient vous assurer que vos paroles ont été bien entendues, que vos conseils de prévoyance seront mis en pratique, et que chacun s'appliquera à réaliser, dans toute la mesure de ses moyens, l'œuvre de haute sagesse dont voulez l'application pour l'intérêt et le bonheur de tous.» La date de la lettre correspond au jour de l'assemblée générale des actionnaires, lors de laquelle Antoine Lumière - père des frères Lumière - a, semble-t-il, donné des conseils de prévoyance à ses employés. - Lettre manuscrite signée par 12 employés de la Société Lumière, adressée à Auguste Lumière. [Lyon], 17 juin 1936, 1 page in-folio. Grèves du Front populaire. «Cher monsieur Auguste, Après les pénibles événements qui viennent de se dérouler, ceux de vos anciens collaborateurs qui ne sauraient oublier tout le bien que vous faites, et tout ce qu'ils vous doivent, mais qui ont été contraints par la force à participer à un mouvement dont ils déplorent la forme, tiennent à vous exprimer leur gratitude inaltérable […]». - Édouard HERRIOT (1872-1957). Lettre autographe signée à Auguste Lumière. 1 p. petit in-4 au crayon. Genève, 11 octobre 1935. «Mon cher Auguste, je recommande à votre cordial accueil mon ami M. Maurice Bigot. Il est en or comme le produit dont il veut vous parler». [Maurice Bigot (1885-1956), journaliste parlementaire puis administrateur délégué de L'Intransigeant, chef des services politiques de L'OEuvre en 1921]. - Victor AUGAGNEUR (1855-1931), maire de Lyon. Lettre autographe signée à Auguste ou Louis Lumière. 1 p. ½ in-8, en-tête du Cabinet du maire de Lyon. Lyon, 13 février 1903. «Me permettez-vous d'insister en faveur de mon ami et collège Verdier? Il se trouve sans emploi pour des raisons uniquement politiques. Je n'ai pas besoin de vous dire que c'est le plus honnête homme du monde, et au point de vue professionnel, les 27 années qu'il a passées dans la même maison, sont un certificat plus que suffisant. S'il vous était possible de l'occuper, vous me rendriez un service dont je vous serais fort obligé […]». - OEUVRES DE CHARITÉ À LYON. 5 lettres adressées à Auguste et Louis Lumière. 1897-1904. Lettres de remerciements aux frères Lumière pour des dons qu'ils ont fait: du président de la Société Lyonnaise pour le Sauvetage de l'Enfance, du directeur de l'École communale de garçons Monplaisir-Lyon, pour les obsèques d'un enfant, des sœurs de l'Hospice général des vieillards et orphelins de Lyon. - Louis AUBERT (1878-1944), producteur et distributeur de cinéma, introducteur du film parlant en France, il crée une chaine de salles de cinéma appelée Aubert-Palace, qui sera absorbée par Gaumont. Il devient président des Établissement Lumière à Lyon. A partir de 1932, il se tourne vers la politique et devient député. Lettre autographe signée à Auguste ou louis Lumière. 2/3 p. in-8, en-tête de la Chambre des députés. Paris, 18 juin 1935. Sur un timbre à l'effigie des frères Lumière. «Je vous accuse réception de votre lettre du 17 et trouve votre remarque très justifiée, aussi je compte bien le moment venu faire mon possible pour que le timbre représente les frères Lumière». [Un timbre-poste à l'effigie des frères Lumière paraîtra en 1955, après la mort d'Auguste]. - Henri Maignot dit HENRIOT (1857-1933), caricaturiste. L.A.S. aux frères Lumière. 3 pp. in-16, en-tête à son adresse de la rue de Calais. Paris, 10 février 1910. «Il y a quinze ans et plus que je suis votre client fidèle […]. Il y a vingt ans je crois que j'eus le plaisir de vous être présenté. Je pense bien que vous l'avez oublié - pas moi - c'était à un banquet de journalistes parisiens - ou républicains (je fais partie des deux associations) au Grand Hôtel. L'un de vous annonça Sarah Bernhardt, puis «Lumière!!» et un rayonnement se fit dans la salle. Les hasards des collaborations font que grâce à l'amabilité du Docteur Vigne, je vais faire régulièrement des croquis pour chanter vos mérites innombrables, dans diverses publications, et vous avez l'amabilité d'avance, de me couvrir de plaques, de ces plaques que je connais et que j'admire. Dès que vous avez lancé vos autochromes j'ai été le premier à essayer, et à triompher (modestement) […]. Je vou

Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente