Gazette Drouot logo print
Lot n° 202

VIGNY Alfred de (1797-1863).

Abonnez-vous pour connaître le résultat
Estimation : Réservé aux abonnés

MANUSCRIT autographe, Royer-Collard, 30 janvier 1842 ; 2 pages et demie grand in-fol. (36 x 23 cm), paginées 9 à 11 (portrait joint).
Célèbre récit, écrit sur le vif, de sa visite académique à Royer-Collard.
[Le récit de cette visite à Pierre-Paul ROYER -COLL ARD (1763-1845) a été recueilli dans le Journal d'un poète (Bibl. de la Pléiade, p. 1163-1165).]
La scène se passe dans une antichambre mal chauffée, entre le candidat et «un pauvre vieillard, rouge au nez et au menton, sa tête chargée d'une vieille perruque noire et enveloppé de la robe de chambre de Géronte avec la serviette au col du Légataire universel». Vigny est mal reçu et rapporte avec verve sous forme de dialogue de comédie les propos échangés.
Royer-Collard lui déclare : «Mon opinion est que vous n'avez pas de chances», avec un «certain air qu'il veut rendre ironique et insolent». Il se vante même de ne rien lire, ni journaux, ni «rien de ce qui s'écrit depuis trente ans», il ne va pas au théâtre, il ignore donc les oeuvres de Vigny. Ce dernier, au moment de se retirer, lance : «Vous n'attendez pas, je pense que je vous fasse connaître mes oeuvres, vous les découvrirez dans votre quartier, ou en Russie dans la traduction russe ou allemande sans que je vous dise : Mes enfans sont charmans comme le hibou de Lafontaine»...
Et Vigny de conclure : «Vieillard à demi en enfance. Aigri de se voir oublié après avoir eu son jour de célébrité. Jusqu'ici les académiciens me donnent une bonne comédie, ils ne l'écriraient pas si bien qu'ils me la jouent sans le savoir».
Ph. de Flers, Th. Bodin, L'Académie française au fil des lettres, p. 196-200.

Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente