Gazette Drouot logo print
Lot n° 61

CHAISE HISTORIQUE PROVENANT DU...

Résultat : Non Communiqué
Estimation : Réservé aux abonnés

CHAISE HISTORIQUE PROVENANT DU SALON DE LA PRINCESSE DE LAMBALLE SAISIE A VERSAILLES PENDANT LA REVOLUTION   Chaise de salon en acajou et placage d’acajou, le dossier à grille. Elle repose sur quatre pieds fuselés et cannelés. Estampille de Jean-Baptiste Sené. Porte la marque au fer « Assnat », pour Assemblée Nationale. Vers 1787. H : 86,5 – L : 47,5 – P : 42 cm     Historique : Cette chaise fait partie d’un ensemble de 24 chaises, livré le 27 mars 1787, pour le service de la princesse de Lamballe, surintendante de la Maison de la Reine (ref : 013641). Celle-ci témoigne des saisies révolutionnaires et des réemplois qui pouvaient être réalisés au profit des nouvelles Institutions. Provenance : Paris, Daguerre, vente Collection Achille Fontaine (1836 -1912), n° 265. Bibliographie : Pierre Verlet, Le mobilier royal français, édition Picard, 1992, n°35 P.150-151 OEuvres en rapport : - Archives Nationales, deux chaises du même modèle. - Vente, Neuilly, 6 décembre 2013, n° 161. Biographie : Marie-Thérèse-Louise de SAVOIE-CARIGNAN, princesse de Lamballe, dite « Mademoiselle de Carignan » ou « Madame de Lamballe ». Princesse de la Maison de Savoie née à Turin le 8 septembre 1749 et morte à Paris le 3 septembre 1792. En 1767, elle épouse Louis-Alexandre de Bourbon, prince de Lamballe, fils du duc de Penthièvre (lui-même fils du comte de Toulouse fils légitimé de Louis XIV et de Madame de Montespan) et héritier d’une branche légitimée de la famille royale de France. Elle est veuve l’année suivante, à 19 ans. Amie de la dauphine Marie-Antoinette qui, devenue reine, la nomma surintendante de sa maison, elle fut supplantée par la duchesse de Polignac dans l’affection de la souveraine, à qui elle resta néanmoins toute dévouée, ce qu’elle paya de sa vie. Jean-Baptiste-Claude SÉNÉ (1747-1803) Menuisier en siège – maîtrise obtenue le 10 mai 1769 : A l’égal de Georges Jacob, Jean-Baptiste-Claude Sené est considéré comme le plus grand menuisier en siège français du règne de Louis XVI. Connu pour sa très grande production aussi bien que pour la longévité de sa renommée, fils aîné du menuisier Claude I Sené, Jean-Baptiste-Claude Sené s’impose sans équivoque comme le plus célèbre des menuisiers parisiens de sa lignée. Depuis la rue de Cléry à l’enseigne du « Gros Chapelet » où il exerce, son talent suscite très vite un grand intérêt. Sené voue les premières années de sa carrière au service d’une clientèle privée à laquelle il livre des sièges Louis XVI aux lignes pures, soignés, raffinés, bien proportionnés, mais classiques. De 1785 à 1791, il figure avec Jean-Baptiste Boulard parmi les fournisseurs réguliers du Garde-Meuble de la Couronne. Il bénéficie alors de commandes pour les châteaux de Saint-Cloud, Versailles, Fontainebleau ou encore Compiègne du Roi, de la Reine mais aussi pour plusieurs membres de la famille royale, pour lesquels il réalise des sièges de la plus haute et belle qualité. Pour les commandes les plus élaborées, il collabore avec Boulard.

Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente