Lot n° 79

EISENHOWER DWIGHT DAVID (1890-…

Vente terminée
Résultat : Non Communiqué
L.A.S. « Ike », [Londres] 7 juillet [1944], à sa femme Mamie EISENHOWER à Washington ; 4 pages in-4, enveloppe avec signature autographe pour le visa de censure et note autographe au porteur, son ami George ALLEN ; en anglais.
Belle et longue lettre affectueuse à sa femme, quatre semaines après le débarquement de Normandie.
Il parle de leur fils John, qui a été diplômé de l’école militaire de West Point le jour même du Débarquement, et évoque l’anniversaire de leur mariage (1er juillet 1916).
Il confie cette lettre à George ALLEN ; il présume que Mamie se trouve à Fort Benning… Johnny lui manque ! Tout en ayant envie de le voir, il ignorait combien il appréciait de l’avoir à ses côtés, jusqu’à ce qu’il parte. Johnny aurait beaucoup aimé l’accompagner, ces derniers jours ; parti de Londres le lendemain du départ de John, Ike a traversé beaucoup de pluie et de boue, et vu beaucoup, beaucoup de troupes. Il est très content que tant d’officiers aient vu Johnny, certains pour lui parler un peu. Presque tout le monde arrive et se concilie aussitôt les bonnes grâces d’Ike en louant son « admirable fils », etc. Il a reçu son message adorable le 1er juillet, mais elle ne fait aucune mention des fleurs : il s’était arrangé pour qu’elle en ait. Cependant son message l’a ragaillardi. Si seulement cette guerre pouvait être terminée avant leur prochain anniversaire (la guerre européenne, s’entend), ils seront certainement ensemble, dût-il s’absenter sans permission… Il évoque une accumulation de petites tâches due à l’absence de personnel de bureau, une affaire entre son frère Milton et Jack Connolly... Tata a dû être déçue de rater la remise de diplômes de John ! Ike pense que ce fut une bénédiction, pour John, que Mike finît par produire des enfants, faute de quoi John eût ressenti un tel fardeau de responsabilité en assumant, seul, les espoirs d’une famille entière, qu’il se serait enfui vers une île des Mers du Sud !! Sans doute que John a donné une bonne image de leur manière de vivre. D’une certaine manière, c’est une existence très ordinaire, mais comme il n’y a jamais de moment sans stress ou sans problème, le temps passe vite, et on se demande où il est parti… Souvent il redoute de se rappeler une époque où il ne portait pas tous ces fardeaux, mais d’un autre côté, c’est seulement hier qu’ils étaient ensemble au Fort Myer, et qu’elle s’est tenue près du mât porte-drapeau pour lui faire signe d’adieu. Parfois elle lui manque tant, il pourrait tout faire, sauf agir lucidement. Il n’y a qu’elle, en ce qui le concerne… Leurs bons amis, dont le général Smith, Butch et Bill Wyman vont bien… Il termine par l’expression de sa tendresse…
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente