Le 22 octobre, des œuvres du XX e siècle se mesureront à des pièces plus anciennes dans cette dispersion d’objets africains, océaniens et asiatiques, accessibles à tous. Tradition et art contemporain se rencontreront ainsi sur une œuvre polynésienne insolite : un pneu « Hankook » orné de motifs ancestraux stylisés (1 500/2 000 €). Les amateurs d’œuvres plus classiques lui préfèreront un panneau de soie vietnamien des années 1900, montrant des oiseaux s’envolant près de bambous (3 000/4 000 €), se laisseront conter des légendes par quatre grandes marionnettes indonésiennes du XIX e siècle (200/300 €), ou s’initieront aux mystères de la culture yorouba avec trois coiffes de prêtres, dont les perles de verre cachaient le visage (1 200/1 500 €). Place aux bijoux le 24 octobre. Les parures seront à l’honneur, qu’il s’agisse d’un ensemble en corail des années 1810 composé d’un diadème, d’un collier, de deux bracelets, d’une paire de pendants d'oreilles et d’une boucle de ceinture (6 500/8 000 €), ou d’une parure de Cartier dont les émeraudes et les diamants nécessiteront de débourser près de 45 000 €. D’autres pièces de joailliers seront plus accessibles, comme un collier orné de formes géométriques libres par Jean Després, n’ayant rien perdu de sa modernité (8 000/10 000 €). René Boivin sera également au rendez-vous, avec des bagues accessibles entre 4 500 et 25 000 €. Articles après-vente
Phénix chinois
L’Asie était au programme à Neuilly-sur-Seine, le mardi 22  octobre ( Aguttes OVV ), avec une belle…Lire la suite
295 Résultats