La Femme ailée  de René Lalique s'envolera à 420 000/450 000 € le samedi 7 décembre (voir Zoom en régions  Gazette n° 41page 30). Une estimation élevée qui consacre une pièce restée dans la famille de l'artiste depuis l'origine, ayant été créée pour une balustrade réalisée en 1899 pour l'Exposition universelle de 1900 à Paris. À ses côtés dans cette vacation séduiront une salle à manger de Louis Majorelle baptisée  Les Vignes,  en noyer mouluré et sculpté (4 000/6 000 €), ou une coupe libatoire chinoise du XVIII e en corne de rhinocéros (même estimation). Le dimanche voisineront par exemple une toile du XIX e  siècle d'Antonin Chitussi,  Barques de pêche, Bohême  (4 000/6 000 €), une illustration à l'encre de Chine, aquarelle et gouache d'Enki Bilal de la fin des années 1970 (3 000/5 000 €. Voir Gazette n° 41 page 208) ou encore une paire de toiles du XVIII e de Gaetano Rosa, à sujet de  Bergers et leurs troupeaux dans un paysage (4 000/6 000 €).  Articles après-vente
Une Femme ailée par Lalique, un taureau d’après Bologne
On l’attendait avec impatience, ses apparitions enLire la suite
Articles avant-vente
Un chef-d’œuvre de René Lalique
Il s’agit d’une des pièces les plus rares du grandLire la suite
268 Résultats