vendredi 06 décembre 2019 - 14:00 - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 7500...
Ader
Honneur aux dames en lever de rideau avec une Baigneuse debout drapée sur le bras droit en bronze à patine brun-noir (fonte au sable, édition ancienne) d'après Aristide Maillol, éditée par Ambroise Vollard et ayant appartenu à la collection Paul Pétridès (30 000/50 000 €). Du haut de ses 10 centimètres, un pot couvert (pièce unique) de Georges Bastard en ivoire sculpté enrichi d'applications en pierres de lune est annoncé à 12 000/15 000 €. Une grande Danseuse aux éventails (également appelée Toyama) en bronze et ivoire des années 1930, sur sa terrasse d'origine en onyx, de Demeter Chiparus, pourrait trouver preneur à 60 000/80 000 €, tandis qu'un tapis en laines de couleurs (édition ancienne vers 1930) de Jean Lurçat et Marie Cuttoli, Le Jardin et dont un exemplaire identique fut acquis par Jacques Doucet à l'exposition de 1925 pour son studio de Neuilly, est estimé 30 000/50 000 €. Une Panthère marchant de Robert et Victor Baguès en fer forgé réalisée pour une balustrade du Pavillon de l'Élégance à l'exposition des Arts décoratifs de Paris de 1925 pourrait s'arrêter à 40 000/60 000 €. On termine avec une suite de quatre fauteuils de Louis Sognot et Charlotte Alix présentés au premier salon de l'UAM en 1930 (150 000/200 000 €) et avec un panneau de l'artiste britannique d'origine irlandaise Gladys Hynes (1888-1958) Morning , vers 1919. Cette composition, aux formes simplifiées, aborde le thème millénaire du bain. Elle est estimée 3 000/5 000 €. Articles après-vente
Fier fauve en fer
La maison Baguès, célèbre pour ses luminaires d’art,Lire la suite
Articles avant-vente
Sognot et Alix : état de sièges
Vedette de cette dispersion d’arts décoratifs du XXLire la suite
121 Résultats
Résultat : Non Communiqué