Les dix premiers coups de marteau, prévus entre 100 et un millier d'euros, sont destinés à une correspondance émaillée de nombreux dessins ou croquis de Jean Paulhan à Yolande (1907-1982), peintre et sculpteur, amie intime de l'éditeur. Des tableaux modernes, on a retenu par exemple un petit ensemble de toiles et dessins entre 50 et  200 € de John Lewis Shonborn (1852-1931), un portrait de Femme en rose d'Henri Martin (8 000/12 000 €) – probablement une étude pour la figure des amoureux de la salle à manger faisant aujourd'hui partie des collections du Musée de Picardie à Beauvais – et une vue du Port de Bordeaux  vers 1875 signée Eugène Boudin (20 000 €). Si Puiforcat figure en bonne place au chapitre de l'argenterie, Rembrandt Bugatti est celui dont les œuvres devraient être le plus disputées. 80 000 à 120 000 € sont demandés successivement de deux groupes en bronze de l'artiste, Deux antilopes koudou (vers 1911) et Deux daims se suivant (vers 1905). De nombreuses verreries de Daum, Legras et des établissements Gallé précèdent ensuite du mobilier, emmené par un argentier modèle « Worms » d'Émile-Jacques Rulmann, en placage de palissandre et estimé 12 000/16 000 €. Articles après-vente
Deux Bugatti plutôt qu’un
Sculptés par Rembrandt Bugatti, les animaux de nosLire la suite
Articles avant-vente
Les cervidés, compagnons de Bugatti
Le hasard faisant parfois les choses, deux groupesLire la suite
355 Résultats