Cent quarante numéros sont inscrits au catalogue du premier opus des dispersions provenant de la succession de madame Michel Binoche (voir Événement Gazette n° 22, page 14). Si la vedette est un bouquet de Fleurs coupées sur fond de paysage d'Ambrosius Bosschaert Le Vieux duquel 2,7 à 3,2 M€ sont espérés, on a retenu également la présence de portraits XVIII e , dont celui d'une Dame de qualité et son fils attribué à l'artiste anglais Thomas Hudson (8 000/10 000 €), celui de Marin Marais par André Bouys proche de celui conservé au musée de la Musique à la Cité de La Villette (3 000/5 000 €), ou encore une grande toile de Mattheus Terwesten, Trois déesses sacrifiant à l'amour (8 000/10 000 €). Des bijoux, de l'orfèvrerie, de l'argenterie art déco et des arts d'Asie, dont un ensemble de porcelaines Kangxi (polychomes et bleu turquoise) et une paire de vases de forme fang gu en néphrite verte à décor de masques de taotie d'époque XVIII e (10 000/15 000 €), précèdent des objets d'art et du mobilier XVIII e . Un projet de fontaine en terre cuite de l'école française vers 1750 figurant Neptune devrait trouver preneur à 4 000/6 000 €, une pendule en bronze ciselé doré mettant en scène Zéphyr et Érigone, travail de Louis Thomire le Jeune vers 1810, est annoncée à 4 000/6 000 €, un secrétaire d'angle à abattant en placage de satiné et marqueterie florale, estampillé Peridiez, nécessitera 4 000/6 000 €. Articles après-vente
Le langage des fleurs selon Bosschaert le Vieux
Avec Bosschaert le Vieux, la nature morte hollandaiseLire la suite
Articles avant-vente
Marmite d’argent
Cette imposante pièce de forme, œuvre de Louis-Jean-BaptisteLire la suite
Ambrosius Bosschaert, fleuron de la succession de Mme Michel Binoche
Tout comme des œuvres de Panini et Boudin, un écrinLire la suite
145 Résultats
Résultat : Non Communiqué