Impressionnant par ses dimensions et son décor, un mobilier de chambre à coucher comprenant notamment un lit à décor néo-égyptien, présenté à l'Exposition universelle de 1889, est attendu entre 15 000 et 20 000 €. Dans des genres plus classiques, on surveillera notamment une Baigneuse de dos s'essuyant au crayon de Pierre-Auguste Renoir (12 000/15 000 €), deux bords de Seine d'Albert Lebourg (3 000/5 000 € chacun), deux chefs modèles en bronze de Pierre-Auguste Renoir et Richard Guino, Le Feu ou Petit forgeron et L'Eau ou Petite laveuse (4 000/5 000 € chacun). Plusieurs vitrines sont occupées par des céramiques dont une par des assiettes en faïence de Nevers, certaines à décor révolutionnaire, d'autres par des bijoux, d'autres encore par de l'orfèvrerie, chapitre où le meilleur résultat, à hauteur de 12 000/18 000 €, devrait accueillir une saupoudreuse de forme balustre (Paris, 1716) à décor de lambrequins, au poinçon d'André David. Articles après-vente
Feu !
Joli tir pour cette cassette-nécessaire de pistolets d’époque Restauration, complète de tous ses accessoires…Lire la suite
Pharaonique !
Rien de moins comme qualificatif ne pouvait être choisi pour décrire ce mobilier de chambre à coucher…Lire la suite
Articles avant-vente
Indispensable nécessaire
Il faudra pousser les enchères jusqu’à 20  000/25  000  € pour espérer repartir avec cette cassette-nécessaire…Lire la suite
Le sommeil du pharaon
Au moment où la grande halle de La Villette accueille, jusqu’au 15  septembre, l’exposition «Toutânkhamon…Lire la suite
369 Résultats