Ces deux jours de vente rapportaient 1 239 350 euros au marteau. La meilleure enchère, 300 000 euros, s'inscrivait au double de l'estimation sur une huile sur panneau de Roger Bezombes, Le Harem (360 000 euros frais comprisRoger Bezombes (1913-1994),Le Harem, huile sur panneau.Vers 1937-1938. 148 x 165 cm.Cette vision moderne d'un harem, fort éloignée des grâces plus dénudées auxquelles ce sujet nous a habitués, n'en trouvait pas moins de farouches défenseurs comme en témoignent les 300 000 euros, une estimation plus que doublée, de cette toile de Roger Bezombes. C'est le plus haut résultat recueilli par cet artiste (source Artprice), le sommet semblant avoir été atteint à Paris à 530 000 F (87 280 euros en valeur réactualisée) le 20 novembre 2000 par une huile sur toile de 1949 montrant Le Roi du Maroc (162 x 150 cm, étude Gros & Delettrez). Adjugée à Marrakech le 29 décembre 2003, une huilesur toile intitulée Hommage à Gauguin (205 x 146 cm) s'échangeait pour l'équivalent de 52 024 euros (570 000 dirhams). En juin 2003, une toile portant le même titre et dotée des mêmes dimensions obtenait 30 000 euros à Paris (Pierre Bergé & Associés SVV). Roger Bezombes effectue son premier séjour au Maghreb en 1937. À partir de 1946, il se lance dans l'exploration du continent africain entre le Sénégal et l'Algérie. Ne se limitant pas à la peinture, Bezombes réalise également des cartons de tapisseries, illustre des livres, conçoit des décorations monumentales en céramique ainsi que des décors de ballet et de théâtre, sculpte et crée des bijoux. Un ensemble de tapisseries inspirées par l'Afrique noire ornent l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire à Abidjan et la Cité universitaire à Paris. L'une de ces dernières a même été présentée au pavillon français de l'Exposition universelle de Bruxelles en 1958). Il battait ainsi à plate couture un peintre habitué à ce type d'enchères, Étienne Dinet, qui se contentait des 95 000 euros, estimation respectée, d'une huile sur toile de 1907 montrant de Jeunes Porteuses d'eau (64 x 73 cm). À 72 000 euros, estimation doublée pour une huile sur toile de Félix Ziem, Istanbul, vu de Scutari (59 x 92,5 cm). Rudolf Ernst (1854-1932) était récompensé par deux belles enchères. 60 000 euros allaient tout d'abord à La Princesse et le Tigre, une huile sur panneau, (71,5 x 92 cm), 40 000 euros se portant ensuite sur L'Adoration de Bouddha, une huile sur panneau. Édouard Richter (1844-1913) recevait pour sa part 50 000 euros pour deux Odalisques au harem, sur les bords du Bosphore (51 x 61 cm), une huile sur toile. La quiétude d'un Campement en Asie Mineure (65 x 123 cm), une huile sur toile de Charles Émile de Tournemine (1814-1873), séduisait un amateur à 40 000 euros. Une huile sur panneau de Jacques Majorelle, La Guedra (54 x 65 cm), atteignait 45 000 euros. À 28 000 euros, estimation largement dépassée pour une huile sur toile d'Eugène Girardet de 1895, L'Heure du thé à El Kantara (47 x 55 cm).
498 Résultats