La Russie se retrouvait encore à Drouot, au même moment mais à un étage inférieur, avec des gravures, des manuscrits et des livres. L’écrivain Ivan Sergueïevitch Tourgueniev (1818-1883) en était l’un des fleurons avec les 5 000 € portés sur une lettre écrite depuis l’hôtel du prince Max de Karlsruhe, le jour de Noël 1868, à sa fille illégitime Pélagie Bruère (1842-1919). Deux gravures en noir et blanc affichaient, à 6 500 € pour la première et à 6 000 € pour la seconde, la majesté de L’Impératrice Anna Ivanonvna, représentée en manteau d’hermine et portant la petite couronne impériale ainsi que le ruban de l’ordre de Saint-André (50,5 x 36 cm), et la prestance du Grand-Duc Pierre III Feodorovitch en 1748 (52 x 35 cm), avant que celui-ci ne devienne tsar. Plus loin dans le temps et dans une autre Russie, un ensemble de treize numéros entre 1935 et 1937 de la revue illustrée Loutch Asii («Le Rayon de l’Asie») se feuilletait à 5 000 €.
278 Résultats