mardi 15 mars 2016 - 19:00 - Live
Paris - 6, avenue Hoche - 75008
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
Le ton était clairement donné, la soirée étant dévolue aux arts décoratifs du XXe siècle. Huit meubles de Jean Prouvé issus d’un appartement parisien se trouvaient dispersés. 18 500 Euros étaient enregistrés pour la grande table “Compas” en tôle d’acier pliée relaquée noir, avec plateau rectangulaire en chêne, vers 1953, et respectivement 10 000, 9 700, 9 500, 9 500, 9 100 et 8 500 Euros pour six chaises vendues à l’unité, modèle “305” dit “Standard”, vers 1950, à structure également en tôle d’acier pliée et assise en contreplaqué moulé. La ménagère “Monaco” de Puiforcat en argent massif, composée de 120 pièces, pourrait très bien prendre place dans cette sobre et élégante salle à manger. Elle s’est posée à 12 000 Euros. Même enchère pour une lampe d’inspiration japonaise, modèle “J13”, du designer Joseph-André Motte (1925-2013), à base circulaire en laiton et diffuseur en opaline blanche, éditée chez Disderot vers 1960. Une oeuvre de Vassilakis Takis (né en 1925) composée d’une base carrée accueillant un transformateur électrique, dans lequel s’insère une tige amovible, envoyait un signal lumineux bleu à 6 200 Euros. En remontant le temps vers les années 1930, on pouvait rencontrer un buste de jeune femme en bronze à patine argentée du sculpteur Georges Chauvel, tournant la tête vers son futur propriétaire pour 6 000 Euros, et une petite commode galbée en ronce de noyer, légèrement bombée et à prises imitant la passementerie... un travail demeuré anonyme, qui a séduit à 6 000 Euros. Quant à une table basse en mélaminé et piétements géométriques laqués vert d’eau, rose et rouge, créée par Ettore Sottsas en 1987, elle étonnait par un résultat de 8 000 Euros.
222 Résultats