Si la seconde partie de séance revient à des tableaux, bibelots et meubles classiques, la première revient à des objets issus de l'appartement parisien de Gisèle Halimi (1927-2020), cédés dans le cadre de sa succession. Cette figure française majeure de la scène politique et judiciaire, ardente défenseuse des doits des femmes, avocate et députée, a légué une grande partie de ses biens à la Bibliothèque nationale de France et à des associations, mais un peu plus de 120 lots prennent aujourd'hui le chemin des enchères. Outre une garde-robe griffée Yves Saint Laurent Rive Gauche, Max Mara ou Emporio Armani, on a retenu son sac à dépêches de chez Hermès chiffré de ses initiales (400/600 €), son bureau où elle rédigea de nombreux ouvrages et un fauteuil de style espagnol à décor clouté (100/200 € chacun), des souvenirs de voyage, une vue d'un Canal à Burano par Françoise Gilot (1 000/1 500 €) et deux techniques mixtes de Roberto Matta dédicacées à Gisèle Halimi et à son époux, Claude Faux (800/1 000 € chacune), sans oublier un vase figurant une chouette en faïence de Madoura de Picasso (3 000/5 000 €). Articles après-vente
Picasso, Gillot... les artistes de Gisèle Halimi
Les objets provenant de la succession de Gisèle HalimiLire la suite
Articles avant-vente
Gisèle Halimi, souvenirs d’une grande dame
Des gravures de Sonia Delaunay et Maria Elena VieiraLire la suite
348 Résultats
Résultat : Non Communiqué
Résultat : Non Communiqué