mardi 22 juin 2021 - 14:00 - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 7500...
Tessier & Sarrou et Associés
Outre un Bouquet de fleurs dans un vase en étain de Tsuguharu Foujita de 1956, les plus belles batailles batailles d'enchères pourraient accueillir une gouache non titrée de 1959 de Martin Barré ayant appartenu au docteur Martineau, ami et collectionneur historique de l'artiste (25 000/35 000 €), une tempera sur carton de Lado Davidovitch Goudiashvili (1896-1980), Dîner champêtre caucasien conservé dans son cadre d'origine à motifs de pampres et illustrant la période parisienne de ce peintre natif de Tiflis (30 000/50 000 €), et un guéridon néoclassique (vers 1820) attribué au talentieux et créatif Francesco Sibilio. Son plateau est orné d'une mosaïque figurant un cerf poursuivi par un chien dans un entourage de tesselles de verres antiques et de 84 échantillons de marbres et pierres dures. Il est estimé 30 000/40 000 €. Disposant de 20 000/30 000 €, on pourra hésiter entre une étude de jeune femme à la pierre noire, l'estompe et la craie blanche de Pierre-Paul Prudhon (voir Gazette n° 23, page 8) et un Portrait de Barbaroussa , sur sa toile et son châssis d'origine, par Claude Vignon. Articles après-vente
Foujita et Prud’hon, jeune fille en fleurs...
Pierre-Paul Prud’hon et Léonard Tsuguharu FoujitaLire la suite
Articles avant-vente
Les fleurs buissonnières de Foujita
Conservé dans la même famille depuis son achat à laLire la suite
Le rêve amoureux inaccompli de Prud’hon
Figure de proue de l’impossible amour de Pierre-PaulLire la suite
301 Résultats