Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas un tableau mais bien un meuble qui devait recevoir les lauriers. Nous voulons parler d'un cabinet en ébène d'époque Louis XIII, fabriqué à Paris vers 1630, offrant un superbe décor gravé et sculpté – notamment en façade des scènes bibliques de  Suzanne et les vieillards  et  Judith et Holopherne – et qui pourrait atteindre les 15 000/20 000 €. On avancera dans le temps pour admirer par exemple un multiple en bronze à patine noire issu d'une fonte posthume de  L'Éternel Printemps,  d'Auguste Rodin (12 000/15 000 €), ou une grande lampe champignon à trois lumières de Maurice Dufrêne, à piétement en bronze à motif de fleurs stylisés et réflecteur en verre américain (10 000/15 000 €). Concluons sur la peinture avec un acrylique sur toile signé Erró,  Pegatinas,  de 2020 (10 000/12 000 €), une huile sur Isorel de l'artiste auvergnat Victor Charreton,  Maison au bord d'une rivière, probablement à Bessines-sur-Gartempe  (5 000/7 000 €), et enfin une gouache et pastel du symboliste Jean-Francis Auburtin,  Gros nuage sur les falaises de Dieppe près du val Saint-Nicolas - Printemps  (même estimation). Articles après-vente
Richesse et exubérance du style Louis XIII
Autour d’un très précieux cabinet des premières décenniesLire la suite
Articles avant-vente
Un cabinet d'ébène Louis XIII
Emblématique de l’époque Louis  XIII, ce cabinet d’ébèneLire la suite
420 Résultats